International › APA

Un engagement historique de 1 milliard USD de la Banque mondiale auprès de Madagascar

L’Etat de Madagascar a signé avec la Banque mondiale (BM) quatre accords de partenariats d’envergure pour un montant global de 490 millions USD dans le cadre d’un engagement historique de l’institution financière auprès du pays à hauteur de 1 milliard de dollars USD.

Ce partenariat s’inscrit dans le cadre d’un engagement encore inégalé de la Banque mondiale auprès de Madagascar. Il a été paraphé en présence du président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina, et de la représentante de la Banque mondiale à Madagascar, Marie-Chantal Uwanyiligira, au Palais d’État d’Iavoloha.  

L’appui de 490 millions USD de la Banque mondiale  vise à soutenir le développement de Madagascar et devrait permettre de débuter de nouveaux projets au profit du pays. Il vient  en outre renforcer les efforts du gouvernement face à la pandémie de Covid-19 et à relancer l’économie. 

Le partenariat, qui acte un soutien financier de 490 millions USD, s’inscrit dans un engagement plus global de la Banque mondiale auprès de Madagascar au titre de l’année fiscale 2021 (allant du 1er juillet 2020 au 30 juin 2021), à hauteur d’1 milliard USD, rapporte le protocole paraphé entre les deux parties.  

Il marque ostensiblement une avancée d’envergure pour le développement économique de l’île, dans les domaines de la santé, de l’infrastructure, de l’agriculture et de la transformation économique.   

Un engagement historique 

Cette signature intervient une semaine après la rencontre entre M. Andry Rajoelina et le directeur général des opérations de la Banque mondiale Axel van Trotsenburg, lors de la réunion pour la 20e reconstitution des ressources de l’Association Internationale de Développement (IDA) à Abidjan, en Côte d’Ivoire.  

Lors de la signature, le président malgache a loué la volonté et la détermination de la Banque mondiale à appuyer son pays dans l’expansion des programmes sociaux et économiques, notamment dans le cadre du soutien de la résilience de la population face aux impacts socio-économiques considérables de la Covid-19. 

Ce soutien financier est attribué à quatre projets structurants de développement, approuvés au préalable par le Conseil d’administration de la Banque mondiale, qui viendront soutenir les efforts engagés par le gouvernement.  

« Nous avons le devoir et l’obligation de laisser à nos enfants et petits-enfants un héritage d’espoir et de prospérité, dans l’esprit de la durabilité, les routes et les infrastructures, les améliorations que les fonds empruntés auront apportées pour le développement durable du pays » a déclaré M. Andry Rajoelina.  

Quant à Mme  Marie-Chantal Uwanyiligira,  elle a assuré que « la Banque mondiale reste aux côtés du Gouvernement et du peuple malagasy en période normale et surtout en période de crise ».

 La banque appuie les programmes de moyen et long terme, autant elle est flexible pour assister les pays en période de crise, a-t-elle ajouté, indiquant que dès le début de cette pandémie, la banque a réajusté son portefeuille pour soutenir les efforts du gouvernement à sauver les vies humaines, préserver les emplois et aider à la reprise économique. 

Les projets et les subventions allouées 

Le protocole comprend un projet d’appui à l’acquisition de vaccins contre le Covid-19 et au renforcement du système de santé, à hauteur de 100 millions USD, qui en plus, permettra également le renforcement des systèmes de santé.

Il va permettre la réalisation d’un projet de transformation économique pour la croissance inclusive (PIC3), à hauteur de 150 millions USD, qui soutiendra davantage la diversification économique pour une croissance inclusive tout en appuyant la reprise économique à la sortie de cette crise. 

Ce projet s’adressera particulièrement aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) et entrepreneurs dans les secteurs du tourisme, agribusiness et numérique dans les régions de Diana, Anosy, Atsimo-Andrefana, l’île de Sainte-Marie et la région d’Analamanga pour  l’appui au secteur numérique. 

Par ailleurs, prévoit-il  un projet de développement durable du secteur routier de Madagascar, à hauteur de 200 millions USD, qui renforcera la capacité des institutions gouvernementales en charge de la gestion du réseau routier ainsi que la maintenance afin d’assurer la longévité, la sécurité et la résilience climatique de 1 200 km de routes à Madagascar.

Le pays pourra aussi bénéficier d’un fonds additionnel, à hauteur de 40 millions USD, pour le projet d’agriculture durable par une approche paysage (PADAP), qui viendra consolider les fonds du PADAP, utilisés au préalable pour la mise en œuvre du Plan Multisectoriel d’Urgence du Gouvernement en riposte à la pandémie de COVID-19. 

Ceci permettra d’assurer que des ressources adéquates soient affectées à ce projet qui utilise une approche paysage innovante pour appuyer les efforts des communautés en milieu rural en faveur d’une agriculture productive et résiliente.

« Il faut saisir l’opportunité de la sortie de cette pandémie de COVID-19 pour accélérer les réformes nécessaires pour bâtir mieux et plus vite l’économie malagasy pour le bien de toute la population », a déclaré Marie-Chantal Uwanyiligira, Représentante de la Banque mondiale à Madagascar.

Sauver des vies et maintenir les moyens de subsistance ne sera durable que si le Gouvernement jette les bases d’une meilleure reconstruction. C’est dans ce contexte que la Banque finance aujourd’hui ces projets afin d’aider le pays à se remettre sur les rails pour atteindre les objectifs de développement durable. 


Commentaire

Bon plan
Publié le 12.08.2020

Les chutes de Boali

Les chutes de Boali sont des chutes d'eau situées dans la préfecture de l'Ombella-M'Poko en République centrafricaine, à proximité de la localité de Boali sur…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut