Politique › Sécurité

Vakaga : Birao secoué par des affrontements meurtriers

Des affrontements inter communautaires opposent depuis ce 1er septembre 2019 deux ethnies rivales de la ville de Birao. Le bilan fait état des morts, des blessés et des dégâts matériels importants. A l’origine des heurts, l’assassinat jeudi 29 août dans la soirée de Aziz, fils du sultan de Birao.

Le combat est d’une rare intensité. La population a fui pour se réfugier à proximité de la base de la Minusca. Les parties en conflit ont incendié des habitations et des commerces. Le bilan humain est lourd a rapporté un habitant de Birao joint par Radio Ndeke Luka ce 2 septembre.

« Depuis hier jusqu’aujourd’hui, la situation est toujours tendue. Des maisons et des boutiques sont brûlées, la population est cantonnée au niveau de la Minusca. Il y a des morts », a précisé un témoin joint au téléphone sans donner de chiffres précis. « Il n’y a que l’ONG IMC qui intervient dans la prise en charge des personnes déplacées », a expliqué la même source.

L’élément déclencheur de cette vive tension armée au sein des communautés a été la mort du fils du sultan de Birao tué le 30 août par des membres du FPRC, proche de l’ethnie Rounga. Si aucun bilan officiel n’est encore disponible, il n’en demeure pas moins que ces affrontements étaient prévisibles.

Pour préserver la paix à Birao, les éléments armés proches du MLCJ avaient interdit la circulation des armes dans la ville. Cette situation n’a pas été appréciée par les groupes armés actifs dans la zone, notamment le FPRC. Au mois de juillet 2019, un affrontement a opposé les deux groupes armés à Amdafhok, ville frontalière du Soudan suite à la découverte des munitions dans un véhicule.

Début août, le FPRC était sommé par les autorités locales de quitter Birao. En réponse, les éléments dudit mouvement ont fait un assaut au domicile du sultan tuant Aziz son fils. La réponse du groupe armé proche des autochtones ne s’est pas fait entendre.

Le combat entre ces deux factions est enregistré près de 7 mois après la signature de l’accord de paix entre le gouvernement et des 14 groupes armés dont le FPRC et le MLCJ.




Commentaire

Zapping Actu International
À LA UNE
Polls

Des chefs rebelles nommés "conseillers militaires". Une Bonne decision ?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut