International › APA

Sport, environnement et justice au menu des quotidiens marocains

La performance de l’équipe marocaine au Mondial-2022, le développement des énergies propres par le groupe OCP et les procès intentés contre les administrations publiques sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus ce mardi.+L’Opinion+, qui titre “Lions de l’Atlas: L’essentiel c’est de repousser les limites”,  écrit que quels que soient son résultat, son score et les circonstances de son déroulement, le choc maroco-espagnol de ces 8èmes de finale de la Coupe du Monde 2022 au Qatar est d’ores et déjà une consécration en soi pour le football national. 

Fruit d’un travail de fond qui a permis à notre écosystème footballistique de se restructurer pour se hisser aux standards mondiaux admis en la matière, l’actuelle performance de l’équipe nationale marocaine découle donc d’une certaine logique implacable, souligne le quotidien. 

A cette logique des moyens et du travail acharné qui n’est pas payante à elle seule, doit s’ajouter une véritable culture de la gagne qui “nous a souvent fait défaut et qui continue à faire défaut à la majorité des équipes africaines et arabes”, préconise-t-il. Cette culture de la gagne est en effet tributaire du capital confiance dont chaque équipe dispose insiste-t-il. “Et cette confiance se cultive et se forge au gré des prouesses et des victoires cumulées au fil du temps et des compétitions”. 

Abordant le développement des énergies propres, +L’Economiste+ écrit que d’ici 5 ans, le groupe OCP compte alimenter la totalité de son outil industriel en énergie solaire, éolienne, hydroélectrique et de cogénération, ajoutant que le tout est censé apporter une autonomie à l’OCP, et permettre à terme d’exporter les 2/3 de la production énergétique marocaine. 

Des dizaines de milliers d’emplois seraient ainsi créés dans cette filière qui représente, à l’échelle mondiale, un marché estimé à près de 250 milliards de dollars/an rien que pour les équipementiers industriels, fait savoir le journal. A l’échelle d’un pays, ce n’est rien d’insurmontable, surtout “si cette stratégie nous permet de nous affranchir d’autrui, d’exporter notre savoir-faire et de faire valoir la “sensation marocaine”, estime-t-il. 

Sur un autre registre, +Aujourd’hui Le Maroc+ rapporte que depuis le début de 2022 un total de 10.000 procès ont été intentés aux administrations publiques, relevant que la moyenne annuelle avoisine, ces dernières années, les 20.000. “Mais une chose est sûre, quand un citoyen lambda choisit d’intenter une action en justice contre une puissante administration, cela suppose d’abord qu’il fasse foncièrement confiance à l’appareil judiciaire et à son indépendance vis-à-vis des autres pouvoirs, notamment exécutif”, estime la publication. 

Selon lui, il s’agit aussi d’un indicateur implicite quant à l’exemplarité des institutions et administrations publiques. “Et dire qu’il y a à peine 30 ans, la notion même de tribunal administratif n’existait même pas au Maroc…”.


Commentaire

Bon plan
Publié le 12.08.2020

Les chutes de Boali

Les chutes de Boali sont des chutes d'eau situées dans la préfecture de l'Ombella-M'Poko en République centrafricaine, à proximité de la localité de Boali sur…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut