› Société

RCA : de l’Agroalimentaire pour lutter contre la pauvreté

Primée par Fab-Lab Centrafrique, un concours d’innovation lancé en janvier 2017 par la coopération française et le consortium « relance économique » du fond Bêkou. Le projet vise à soutenir « l’économie de la débrouille ».

Au complexe scolaire La synergie, dans le 6e arrondissement de Bangui, la transformation agroalimentaire est pratiquée comme une activité connexe à la formation des jeunes élèves.

Il s’agit d’un four de fabrication artisanale dont le but est de sécher des denrées alimentaires telles la patate, la mangue ou encore la banane plantain. Une expérience unique en  son genre.

Malgré la crise, cette initiative peut constituer un socle solide pour lutter contre la pauvreté et le développement. Aristide Kalini, en est le promoteur et le but est « d’aider les femmes qui vendent les produits au marché. »

Problème d’écoulement des produits

« Parfois, elles n’arrivent pas à tout vendre. Là, on va acheter en grande quantité, on fait sécher, on transforme cela en farine et on a le temps qu’il faut ensuite de le vendre petit à petit. C’est la valorisation de la technique locale », explique Aristide Kalini.

« Au lieu d’attendre des grosses machines venant d’Europe, si on parvient à réduire le taux de dépréciation, le taux de perte des produits alimentaires, c’est déjà l’essentiel », ajoute le promoteur.

Réaliser des activités génératrices de revenu pour aider la famille

L’originalité de cette école est que les élèves sont tous initiés à l’entreprenariat.

À 15 ans, Joxe Duval, a appris à faire quelques petites activités. « J’aide mes parents à la maison. Je fais ainsi de la transformation agricole. Même de l’imprimerie, pour aider mes parents », se réjouit le jeune homme.

Fortune, 16 ans, en classe de troisième tout comme Joxe Duval a appris à faire du commerce pour aider ses parents « afin que ce ne soit pas eux qui fassent tout pour nous. Je fais les croquettes, je les livre aux clients et cela me rapporte 5.000 francs par semaine. Ma mère s’occupe normalement de nous et quand je fais ça, je prends l’argent pour pouvoir m’occuper de moi. »

Aujourd’hui, grâce à cette initiative, les quelque 1.300 élèves inscrits dans cet établissement sont des potentiels acteurs économiques de demain. Un grand pas pour la réduction de la pauvreté en RCA.




Commentaire

Zapping Actu International
À LA UNE
Polls

Des chefs rebelles nommés "conseillers militaires". Une Bonne decision ?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut