International › AFP

Syrie: les forces du régime « aux portes » d’une ville clé à Idleb

Les forces du régime syrien ont encore progressé dimanche vers Maaret al-Noomane, la deuxième plus grande ville de la province d’Idleb dans le nord-ouest du pays, a indiqué une ONG.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), les forces du régime ont pris durant les dernières 24 heures sept villages et localités situés dans le sud de la province d’Idleb, et se trouvent désormais à quelques centaines de mètres de Maaret al-Noomane, tenue par les jihadistes.

La province d’Idleb et des segments des provinces voisines d’Alep, de Hama et de Lattaquié constituent le dernier grand bastion échappant au contrôle de Damas, qui a maintes fois exprimé son intention de le reprendre.

La région est dominée par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS), l’ex-branche syrienne d’Al-Qaïda. Des groupes rebelles y sont aussi présents.

La ville de Maarat al-Noomane est d’autant plus stratégique qu’elle se situe sur l’autoroute reliant Alep à Damas (M5).

Les forces du régime sont désormais « aux abords de la ville », a indiqué à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Le quotidien Al-Watan, proche du régime, a également indiqué dimanche que l’armée syrienne était désormais « aux portes de Maaret al-Noomane » dont les « portes sont désormais grandes ouvertes ».

Les forces du régime, soutenues par l’aviation russe, ont intensifié leurs attaques sur le su de la province d’Idleb depuis décembre.

Depuis cette date, 358.000 personnes ont été déplacées, en grande majorité des femmes et des enfants, selon l’ONU.

Cette escalade coïncide avec un récent regain d’attaques menées par le régime dans l’ouest de la province d’Alep, également sous le contrôle des jihadistes et des rebelles, qui jouxte la province d’Idleb.

Citant une source militaire, l’agence officielle Sana a indiqué dimanche que l’offensive en cours dans l’ouest d’Alep et le sud d’Idleb « comprendra de vastes opérations sur le terrain qui ne s’arrêteront pas avant l’éradication du terrorisme ».

Un cessez-le-feu annoncé en janvier par Moscou, allié du régime syrien, est resté lettre morte.

Le pouvoir syrien, qui contrôle désormais plus de 70% du pays, a maintes fois exprimé sa détermination à reconquérir cette région, où vivent environ trois millions de personnes.

Le conflit en Syrie, déclenché en mars 2011 avec la répression de manifestations prodémocratie par Damas, a fait plus de 380.000 morts dont plus de 115.000 civils, et des millions de déplacés et réfugiés.




Commentaire

Zapping Actu International
À LA UNE
Polls

Des chefs rebelles nommés "conseillers militaires". Une Bonne decision ?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut