International › APA

Enseignement et économie au menu des quotidiens marocains

La décision de fixer l’âge maximum du recrutement des professeurs et la relance de l’économie dans un contexte de pandémie sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus lundi.+L’Opinion+, qui s’attarde sur la limite d’âge de recrutement des professeurs, fixée à 30 ans au maximum, écrit que cette décision du ministère de l’éducation va, certes, « susciter l’ire » d’une bonne partie de candidats qui attendaient de pied ferme l’ouverture du concours de recrutement, mais, il n’en demeure pas moins que c’est la première fois en cinquante ans que « l’intérêt des élèves prime au lieu qu’il soit sacrifié sur l’autel de la paix sociale et la création d’emplois ».

Aujourd’hui, cette nouvelle mesure, bien qu’elle soit impopulaire, fait rupture avec les pratiques du passé, de sorte à garantir un enseignement de qualité aux générations futures, à travers la recherche de profils compétents ayant une vocation pour l’enseignement, soutient l’éditorialiste.

Avec une CMR à bout de souffle, une telle décision s’impose pour alléger, ne serait-ce qu’en partie, la pression sur les réserves de cotisations, dont l’épuisement total est estimé dans 10 ans maximum, ajoute-t-il.

Pour +Aujourd’hui le Maroc+, quand une décision est fondée sur des arguments adossés à des choix qui, eux-mêmes, ont fait l’objet d’un « consensus », voire d’une « unanimité », elle « coule de source ».

Au terme de plusieurs années de diagnostic, de débat et de concertations populaires, tout le monde au Maroc est « convaincu » que la réforme de l’école publique « passe inévitablement par la case enseignant », explique le jorunal.

« Décisive pour l’avenir du Maroc », la réforme de l’enseignement ne peut pas être mise dans une équation où la principale et unique préoccupation est la résorption du chômage indépendamment des profils et des aptitudes, juge-t-il.

De son côté, +L’Economiste+, qui aborde la relance de l’économie dans un contexte de pandémie mondiale, estime qu’il y a aujourd’hui un « vent favorable qui commence à souffler » sur l’économie avec toutes les prévisions optimistes.

Ce « vent » laisse entendre que des pays émergents comme le Maroc peuvent constituer des « moteurs de résilience » sur leur propre territoire et même en dehors, relève-t-il.

Il souligne la nécessité de prendre en charge la « construction de larges espaces de libertés économiques », capables de « fournir une base solide aux entreprises » ainsi que d’entreprendre les réformes structurelles nécessaires pour pouvoir « répondre aux fragilités profondes de l’économie que cette pandémie a mises à nu ».


Commentaire

Bon plan
Publié le 12.08.2020

Les chutes de Boali

Les chutes de Boali sont des chutes d'eau situées dans la préfecture de l'Ombella-M'Poko en République centrafricaine, à proximité de la localité de Boali sur…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut