International › APA

Côte d’Ivoire: un investissement record de 730 milliards Fcfa réalisé en 2019

La Côte d’Ivoire a réalisé un investissement record de 730 milliards Fcfa en 2019 contre 703 milliards Fcfa l’année précédente, a indiqué jeudi le ministre auprès du Premier ministre, chargé de la Promotion de l’investissement privé, Emmanuel Esmel Essis, face à la presse.« On termine l’année 2019 avec un record jamais égalé de l’histoire du Cepici (Guichet unique de l’investissement), je dirai de l’histoire de la Côte d’Ivoire, ce sont 730 milliards Fcfa d’investissements qui ont été agréés contre 703 milliards Fcfa l’année dernière », a dit M. Essis, lors d’un déjeuner de presse.    

Avec ça, relèvera-t-il, on ne peut que démentir tout ce qui se dit par rapport à 2020, une année électorale, où la Côte d’Ivoire prépare l’élection présidentielle qui devrait consacrer le renouvellement des instances dirigeantes du pays.

Selon le ministre ivoirien chargé de la Promotion de l’investissement privé, « un investisseur est dans le long terme, et s’il prend la décision de se faire agréer en 2019, c’est parce qu’il croit en la Côte d’Ivoire au-delà de 2020 » et a « confiance » en ce pays au-delà de cette échéance.

Concernant la création d’entreprises, M. Essis, par ailleurs directeur général du Centre de promotion des investissements privés (Cepici), a annoncé qu’en 2019 « plus de 16 700 entreprises ont été créées contre 14 800 l’année dernière ».

Il s’est félicité de ce que l’année 2019 ait été pour le Centre de promotion des investissements de Côte d’Ivoire (Cepici) « une année très excellente », en dépit de ce que tout le monde s’inquiétait, insinuant que l’échéance électorale de 2020 n’était pas loin. 

M. Esmel Essis espère un « bond qualitatif » des Investissements directs étrangers (IDE) pour fin 2019 avec un montant « au-delà de 1 milliard de dollar ». En 2012, la Côte d’Ivoire a enregistré près de 250 millions de dollars et pour fin de 2018 environ 900 millions de dollars selon le dernier rapport de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced).   

 

« La Côte d’Ivoire a un potentiel autour de 2,5 à 3 milliards de dollars et nous allons y arriver, (car) c’est un potentiel qui n’est pas encore atteint », a ajouté M. Essis. Dans cette optique, l’Etat ivoirien a engagé plusieurs réformes depuis 2013, au niveau de l’environnement des affaires.

Pour 2020, le Cepici compte mettre l’accent sur la dématérialisation ainsi que la vulgarisation de l’identifiant unique  et « nous pensons que c’est ce qui va permettre à la Côte d’Ivoire de gagner encore au niveau de l’environnement des affaires », a-t-il soutenu. 

L’un des objectifs de son département ministériel est d’intégrer davantage les nationaux dans la politique de transformation de l’économie via le Code des investissements aux fins de leur donner «plus d’attractivité et de lisibilité » sur les opportunités économiques de la Côte d’Ivoire. 

Selon le rapport Doing Business 2020, la Côte d’Ivoire occupe la 110è place mondiale en matière de facilité des affaires et connaît une progression de 12 places comparativement au rapport de l’année précédente. Le gouvernement ivoirien vise « la barre des 50 meilleures économies ».

Un autre axe prioritaire du ministère auprès du Premier ministre, chargé de la promotion de l’Investissement privé, pour 2020, est l’Identifiant unique (IDU), le matricule des entreprises, qui devrait permettre à tout acteur économique de détenir auprès de l’administration un seul identifiant.




Commentaire

Zapping Actu International
À LA UNE
Polls

Des chefs rebelles nommés "conseillers militaires". Une Bonne decision ?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut