Archive

Nouvelles accusations díabus sexuels commis par des casques bleus en Centrafrique

LíONU a fait état, lundi 28 mars, de deux nouvelles accusations díabus sexuels impliquant ses casques bleus en Centrafrique. Ces cas síajoutent à ceux signalés vendredi dernier par la Minusca

 

La première accusation concerne "des membres du contingent militaire burundais" de la Minusca basé à Sibut, au centre du pays, membres accusés díavoir violé une mineure âgée de 14 ans. Le cas de cette jeune fille avait été signalé à la Minusca la semaine dernière par líUnicef, le Fonds des Nations unies pour líenfance. Le deuxième cas concerne un soldat marocain, non encore identifié, accusé díavoir exploité sexuellement une femme adulte en février dernier à Bangassou, dans le sud du pays.

Le Burundi fournit 1 128 soldats et policiers à la Minusca et le Maroc 741, sur les quelque 12 000 hommes de la mission.

 


© Droits réservés
Multiplication des scandales

Ces deux nouveaux cas portent à 25 au total le nombre díaccusations díabus sexuels ou díexploitation sexuelle recueillies par les Nations unies en République centrafricaine depuis le début de líannée, a précisé le porte-parole de líONU, Stéphane Dujarric. Les deux gouvernements concernés ont été informés et le Maroc a indiqué quíil allait mener une enquête, a-t-il précisé.

Face à la multiplication des scandales de ce genre parmi les casques bleus, notamment en Centrafrique, le secrétaire général de líONU, Ban Ki-moon, síest engagé à rapatrier des contingents entiers en cas díaccusations persistantes et le Conseil de sécurité a adopté le 11 mars une résolution en ce sens.

Sur les 69 cas díabus sexuels présumés recensés par líONU en 2015, plus de la moitié (38) ont été enregistrés dans deux des 16 missions de maintien de la paix de líONU dans le monde: 22 en Centrafrique et 16 en République démocratique du Congo.


Commentaire


Retour en haut