Archive

Centrafrique: Des femmes ministres et parlementaires parlent entre-elles

La représentante résidente de l’Unfpa Thérèse Zeba a présidé cette réunion d’échanges et de concertation du Refamp–Rca

 

Ladite réunion d’échanges et de concertation s’inscrivait dans le cadre des festivités marquant la 100ème journée internationale de la femme (JIF), journée célébré le 8 mars de chaque année. Elle avait pour objectif la redynamisation du Refamp-Rca. Environ une dizaine de participantes ayant pris part à cette rencontre ont été édifiées entre autres sur l’historique de Refamp-Rca, les objectifs de cette réunion, l’expérience du Refamp-Rca en matière de promotion du leadership féminin et les domaines de partenariats stratégiques pour la promotion du leadership féminin en République Centrafricaine (Rca). La première conférence des femmes africaines ministres et parlementaires qui s’est tenu en 1995 à Ouagadougou, au Burkina Faso, a crée le réseau des femmes ministres et parlementaires a rappelé Mme Thérese Zeba de l’Unfpa dans sa présentation portant sur l’historique du Refamp. Ce réseau a pour objectif de créer un cadre de concertation et de mise en commun des ressources en vue d’améliorer la situation des femmes, a-t-elle déclaré ajoutant que le réseau tire son inspiration de la conférence du Caire qui faisait en 1994 le constat de la faible représentation des femmes dans la vie politique, économique et sociale et mettant l’accent sur l’importance de l’égalité et de l’équité entre les genres. Après la création du Refamp, force est toutefois de constater qu’il manque dans la plupart des pays africains un engagement politique formel et solennel des chefs d’Etat ou gouvernement comme des leaders des partis politiques en matière d’égalité entre les sexes, a-t-elle regretté.

 


© jde
Des lors du vote du 23 janvier 2011
A en croire Mme Zeba, pour faire face à cette situation, l’accent devrait être beaucoup mis sur l’«empowerment» qui est un processus d’acquisition d’un pouvoir tel que le pouvoir de travailler , de gagner son pain et de décider de son destin de vie sociale tout en respectant les besoins et termes de la société. Pour M Timothée Tabassi, consultant international genre et développement auprès de l’Unfpa, la promotion du leadership devrait se faire sur quatre axes prioritaires à savoir: renforcer les capacités institutionnelles et techniques des acteurs centraux, régionaux et locaux de développement pour la promotion de l’égalité et de l’équité de genre, réduire la pauvreté et les disparités socio-économiques, promouvoir la participation citoyenne inclusive dans le cadre de la consolidation de la paix, de la sécurité et de la gouvernance démocratique et enfin améliorer l’accès de tous, notamment groupes vulnérables au droit et à la justice, intensifier la lutte contre la violence basé sur le genre (VBG). Le leadership féminin est une capacité d’apprécier et de gérer pour satisfaire des objectifs communs: apprécier la dignité, les forces et le potentiel de chaque individu, influencer le comportement au moyen des normes, systèmes, politiques, et lois et gérer les ressources pour accroitre les avantages pour le grand nombre, a-t-il défini. Il convient de préciser que, le Refamp regroupe quinze pays du continent et se décline aux niveaux régional, sous régional et national.

 



Commentaire


Retour en haut