Archive

Des fonctionnaires centrafricains bloqués à Libreville

Trois mois après la fin díune formation organisée par líAfrican capacity building foundation (ACBF), 19 agents publics díorigines diverses sont coincés au Gabon du fait de l'absence de fonds

 

Arrivés au Gabon pour y suivre une formation en management des administrations publiques, 19 fonctionnaires de plusieurs Etats se retrouvent bloqués à Libreville par manque de ressources financières. Originaires du Burundi, de la RCA, du Cameroun, du Congo et du Tchad, ils auraient visiblement été abandonnés par líAfrican capacity building foundation (ACBF), organisateur de leur stage. Ils menacent désormais díobserver une grève de la faim, à partir du 10 mars, si aucune solution níest trouvée à leur problème.

A ce jour, les titres de voyage de ces infortunés ont expiré. Pis, ils sont toujours en attente de leurs diplômes de fin de formation et cumulent plusieurs mois díarriérés de bourses. "Nous vivons plus comme des gens pris en otage. Nous ne sommes plus que des prisonniers", a déploré leur porte-parole. "La fondation qui nous a mis dans cette situation et ceux qui gèrent les programmes seront responsables de ce qui pourrait advenir demain", a prévenu Christian César Matounda, relayé par adiac-congo.com. "La situation est certes difficile, mais pas aussi dramatique. Ils ne peuvent pas penser être pris en otage", a dédramatisé líinterface entre líACBF, dont le siège est basé à Harare au Zimbabwe, et eux. "Díici le 20 mars, jíespère que les ressources vont être mises à disposition et on fera le tout possible pour quíils puissent rentrer chez eux tranquillement", a poursuivi Alain Christian Pandzou.

 


© Droits réservés
On veut bien le croire, car cela fait déjà trois mois que ces agents publics broient du noir à Libreville. Une situation pas du tout à líavantage de líACBF, qui organise, en mai prochain à Harare, le troisième forum panafricain sur le renforcement des capacités sur le thème "Renforcer les capacités pour la transformation économique et sociale de líAfrique".

Avec comme vision "Une Afrique capable de réaliser son propre développement", líACBF a pour mission de renforcer les capacités humaines et institutionnelles pour une bonne gouvernance et le développement économique en Afrique. Pour ce faire, elle fournit des subventions aux institutions de renforcement des capacités; une assistance technique aux projets et programmes en vue de la formulation, la mise en úuvre et le suivi des politiques aux plans national et régional autant quíelle mène des activités de gestion des connaissances et díapprentissage.


Commentaire


Retour en haut