Archive

Education: Que du bon personnel...

Le ministre de l'éducation nationale explique les derniers mouvements du personnels enseignants.

 

Ce qu'on leur demande, c'est de mettre l'homme qu'il faut à la place qu'il faut. Ce qu'on leur demande aussi, c'est de faire en sorte qu'on ne puisse pas bouger les gens n'importe comment. Ceux qui ont bien travaillé doivent être maintenus. Cette déclaration a été faite ce lundi 16 août par le ministre de l'éducation nationale lors de la réunion des inspecteurs d'académie relative au mouvement du personnel enseignant pour l'année académique 2010-2011.

 


© Gralon.net
Image d'illustration
Pour le membre du gouvernement, la bonne gestion de l'éducation dépend de la qualité du personnel et surtout du personnel compétent et neutre. Parlant des affectations qui faisaient déjà couler beaucoup de salive, il a rappelé qu'elles n'étaient pas faites pour déstabiliser le système car ceux qui n'ont pas bien travaillé doivent être permutés ou appelés à d'autres fonctions. A l'en croire, les mauvais résultats proviennent du fait que le personnel enseignant a été comme gagné par l'usure parce que, ayant passé beaucoup d'années dans le même établissement, ce qui les a rendus inefficaces. Pour illustration, en route pour Nana Bakassa, j'ai trouvé un directeur d'école qui était déjà ivre le matin. Avec un encadreur comme celui-là, qu'est ce qu'on peut faire?, s'est-il interrogé, estimant qu'on ne pouvait plus rien attendre de cet enseignant. Selon le Ministre Zawa, le problème des enseignants se pose avec acuité et le gouvernement n'a pas baissé les bras. Le nombre d'enseignants que nous mettons d'abord à leur disposition pour ensuite être redéployé dans toutes les écoles du pays est encore insuffisant, a-t-il reconnu. Selon une source proche de ce département ministériel, ce dernier mouvement concerne les proviseurs, les censeurs, les intendants, les inspecteurs, les chefs de secteur scolaires, etc.



Commentaire


Retour en haut