Archive

Silence indécent de la communauté internationale sur les crimes sexuels

Mediapart

 

Les soldats de la paix en Centrafrique níen finissent pas de se transformer en bourreaux díenfants. En prédateurs sexuels. Cíest désormais tous les jours que les consciences humaines sont violentées, agressées par la litanie des perversités sexuelles des Casques bleus en Centrafrique. Alors quíils sont venus en mission dans ce pays pour de nobles causes: ramener la paix et garantir la sécurité des populations, certains éléments de la soldatesque onusienne ont transformé le Centrafrique en un lieu où se multiplient les agressions sexuelles à líencontre díadolescents.

Sur 69 de ces ignominies recensées dans le monde, 22 auraient été commises en République Centrafricaine. Ce chiffre, qui semble être en dessous de la réalité, est un crachat, une insulte à la face de toute une nation. Les adolescents agressés sexuellement sont à jamais atteints et marqués psychologiquement. Qui prendra en charge les enfants nés de père inconnu, à la suite de copulations violentes et inacceptables?

Les familles meurtries, étreintes par une sourde révolte, attendent que justice soit rendue, que líO.N.U. et la France prennent leurs responsabilités. Les déclarations díindignation sans lendemain des autorités françaises et onusiennes ne suffisent plus. Les promesses de faire comparaître les soldats soupçonnés devant les tribunaux sont restées sans suite. On a líimpression que líO.N.U. et la France comptent sur le temps et líoubli pour enterrer líinacceptable et innocenter leurs militaires égarés.

 


© Droits réservés
En agissant ainsi, les dirigeants sont en train de ruiner la longue amitié qui unit depuis longtemps la France et le Centrafrique. Líeffritement des bonnes relations entre les deux pays se perçoit aujourdíhui, au sein de la population, qui commence à se sentir humiliée.

De tous les lâches silences, celui des Autorités de la Transition centrafricaine est sans doute le plus intolérable. Devant les égrènements lancinants de ces violences sexuelles, devant ce qui est devenu un feuilleton sinistre, devant ce quíon peut qualifier díatteinte aux droits de líhomme, le comportement quíelles ont adopté frise la non-assistance à population en danger. Après les indignations du Procureur de la République Centrafricaine, qui, à líépoque, níavait pas été mis au courant de la découverte des affaires de violences sexuelles par la France, les Autorités de la Transition níont pas eu la réaction quíil fallait face aux violences faites aux enfants centrafricains.

Élections Présidentielles ou pas, ces affaires inacceptables devront trouver au plus vite une issue judiciaire. Imaginons une seconde que ces viols se soient produits sur des enfants occidentaux blancsÖ On aurait, aussitôt, assisté à un tapage médiatique mondial!

Il faut que cessent ces «deux poids, deux mesures». Le futur président devra rapidement démontrer quíil a à cúur de demander réparation au nom de la nation tout entière. Car le peuple centrafricain attend, avec impatience, que justice soit rendue.


Commentaire


Retour en haut