Archive

Élection présidentielle du 14 février en RCA : Touadera a-t-il pris de líavance?

Soutenu par une vingtaine de candidats parmi les «battus» du 1er tour, le dernier Premier ministre de Bozizé pourrait creer la surprise, bien quíarrivé en deuxième position avec 19,4% des voix

 

Ils sont une vingtaine de candidats sur les vingt-huit malheureux du premier tour à avoir annoncé leur soutien au candidat arrivé en deuxième position, Faustin-Archange Touadéra. Líancien Recteur de líUniversité de Bangui et Premier ministre sous François Bozizé entre 2008 et 2013, qui a obtenu 19,4% au premier tour, le 30 décembre dernier, vient de recevoir líappui díune vingtaine de candidats crédités globalement de 21% des suffrages.

Forte mobilisation autour de Touadéra

Parmi ces soutiens, on note la présence de Jean-Serge Bokassa, fort de ses 6%, de Laurent Gomina Pampali, Gaston Nguérékata, Gombé-Ketté, Guy Moskit et Mbaïkoua. Ils ont créé une coordination Ė «RCA pour tous» Ė et préparent le contenu de ce soutien à Faustin-Archange Touadéra, candidat indépendant, non soutenu par son parti, Kwa Na Kwa (KNK). Le leader de ce parti, François Bozizé, ayant appelé, bien avant le premier tour, à voter pour Anicet-Georges Dologuélé, qui fut Premier ministre sous Ange-Félix Patassé!

Pour le moment, les deux candidats arrivés respectivement à la troisième et à la quatrième places lors du premier tour, à savoir Martin Ziguélé (Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain, 12%) et Désiré Nzanga Kolingba (Rassemblement Démocratique Centrafricain, 11%) níont pas encore donné de consignes de vote à leurs électeurs en ce qui concerne le second tour, prévu le 14 février prochain.

 


© Droits réservés
La dynamique semble être du côté de Touadéra

En dehors de líUnion démocratique du peuple pour le progrès (UDPP), aucun parti nía, pour líinstant, apporté son soutien à Anicet-Georges Dologuélé (Union pour le renouveau en Centrafrique, URCA), pourtant arrivé en tête le 30 décembre dernier, avec près de 23,8%. A sept jours du second tour, et alors que la campagne de ce second tour síest ouverte dans le pays au début de la semaine dernière, la dynamique semble être du côté de Faustin-Archange Touadéra, dont on loue líhumilité et la courtoisie, et dont on salue le bilan des années que ce professeur de mathématiques a passées à la Primature.

Après une transition prévue pour une année, et qui a finalement duré plus de deux ans, la Centrafrique va élire son huitième Président depuis líindépendance, après Barthélémy Boganda, le père de líindépendance, David Dacko, Jean-Bedel Bokassa, André Kolingba, Ange-Félix Patassé et François Bozizé et Catherine Samba-Panza.


Commentaire


Retour en haut