Archive

Madagascar: Marc Ravalomanana commémore le «lundi noir» de 2009

Pour la première fois, depuis son retour d'exil (fin 2014), l'ancien président se souvenait de ces événements dans les locaux d'une de ses entreprises pillées

 

Vitres brisées, marques d'incendies. Sur le site de la société Magro à Tanjombato, dans la périphérie de la capitale, les traces des émeutes sont encore visibles. C'est là, dans un entrepôt abandonné que Marc Ravalomanana a choisi de s'exprimer après une messe de commémoration. Tout un symbole pour celui dont l'empire industriel s'est effondré il y a 7 ans.

"Il y a des personnes derrière ces pillages, mais je ne veux pas les dénoncer. Je considère cela comme le passé. En revanche, je devrais être dédommagé pour mes biens détruits, incendiés et toutes mes pertes, comme le prévoit l'article 20 de la feuille de route de sortie de crise de la SADC", a déclaré l'ancien président.

 


© Droits réservés
L'indemnisation des victimes se fait attendre

Mais, malgré le texte signé en 2011, aucune victime n'a encore été indemnisée. A demi-mot, il dénonce les entraves du parti au pouvoir pour l'empêcher de revenir aux affaires. "Je suis prêt, mais la détention illégale et par la force de mes biens et domaines, ne nous mènera à rien! C'est tout ce que j'ai à dire", a-t-il ajouté.

Un déblocage et des indemnités lui permettraient en effet de relancer son groupe agro-alimentaire et pourquoi pas financer sa candidature à la présidentielle de 2018.


Commentaire


Retour en haut