Archive

Congo: Denis Sassou-Nguesso investi candidat à la présidentielle

Ce choix a été fait à líunanimité, selon le comité díinvestiture qui a tenu son conclave pendant deux jours

 

Comme en 1992, 2002 et 2009, le président Sassou-Nguesso sera le candidat du Parti congolais du travail (PCT) à la prochaine présidentielle. Il briguera donc un troisième mandat le 20 mars prochain, comme le lui permet la nouvelle Consitution entrée en vigueur en novembre.

«Cíest le meilleur choix», a déclaré Pierre Ngolo, secrétaire-général du PCT qui a présidé les travaux du comité díinvestiture. "Nous avons fait le bon choix, le meilleur choix qui dans les pays à tradition boursière, ferait síenvoler les bourses, parce que les citoyens sont conscients, les investisseurs rassurés et líéconomie sûre díêtre dynamisée", a-t-il déclaré.

Denis Sassou-Nguesso est présenté comme líhomme de la situation par Alain Moka et Jean-Pierre Manoukou-Kouba, membres du bureau politique du PCT. "Vous savez que la conjoncture internationale est très délicate. Il y a du vent, il y a de la tempête. Il faut quelquíun díavéré pour pouvoir tenir le bateau et líamener à bon port, et cíest Denis Sassou-Nguesso", a déclaré Alain Moka. "Il a tout ce quíil faut pour rassurer, surtout en ces temps tumultueux", a pour sa part estimé Jean-Pierre Manoukou-Kouba.

Pour son parti, c'est "un acte de loyauté et de responsabilité. Le chef de l'Etat incarne le rassemblement, la paix et l'unité nationale".

 


© Droits réservés
«Un faux événement»

Pour l'opposition congolaise, "c'est la chronique d'une décision déjà annoncée. Un faux événement: le PCT n'a qu'un seul chef". Il faut dire que le suspense n'avait rien d'insoutenable. Depuis les premiers appels à une nouvelle candidature du président congolais, le scénario est écrit d'avance: un dialogue boycotté par une grande partie de l'opposition ; puis en octobre, un référendum pour faire sauter le verrou constitutionnel. Les contestations de l'opposition n'y changeront rien. Denis Sassou-Nguesso a désormais la possibilité de faire trois nouveaux mandats lui qui cumule déjà plus de 30 années à la tête du pays.

Guy-Romain Kinfoussia, porte-parole de la principale coalition d'opposition (Frocad-IDC), n'est pas du tout surpris.

Qui pour lui faire face?

Ce qui était moins attendu en revanche, c'est la décision annoncée fin décembre sur l'avancement au 20 mars du premier tour de la présidentielle qui devait initialement avoir lieu en juillet. Une manière peut-être de déstabiliser davantage l'opposition. Une manière aussi de ne pas laisser les polémiques s'installer dans le pays.

Le président sortant est le deuxième candidat déclaré à la présidentielle anticipée après líindépendant Joseph Kignoumbi Kia-Mboungou. Les deux principales plateformes d'opposition devraient faire connaître dans les prochains jours le ou leurs candidats à la présidentielle.


Commentaire


Retour en haut