Archive

Burundi: l’ONU entame une mission compliquée à Bujumbura

Mais ce dialogue est resté lettre morte et les différents organes de l’ONU recensent une intensification des violences depuis les attaques des 11 et 12 novembre contre des camps militaires à Bujumbura

 

C’est la seconde fois en moins d’un an que le Conseil de sécurité des Nations unies se rend en visite à Bujumbura. Mais cette fois, le contexte a changé. D’abord, les différentes instances de l’organisation ont tour à tour tiré la sonnette d’alarme. Tous les signaux sont au rouge, a dit le Haut-Commissariat aux droits de l’homme. Si le pire venait à se produire, l’ONU n’a pas les moyens de réagir, a quant à lui averti le département des opérations de maintien de la paix.

Ensuite, l’ONU fait face à l’échec des institutions régionales. La médiation ougandaise n’a rien obtenu de Bujumbura depuis la rencontre symbolique d’Entebbe, le 28 décembre dernier. De son côté, l’Union africaine n’a pas fait entendre sa voix depuis que le président Nkurunziza a affirmé sa volonté de combattre sa mission de maintien de la paix.

 


© Droits réservés
Le Conseil de sécurité de l'ONU divisé

Le chef de l’Etat burundais recevra la délégation onusienne vendredi. Elle tentera de le convaincre d’accepter un dialogue avec l’opposition en exil. Car pour l’instant, Bujumbura s’y refuse, privilégiant le dialogue interne lancé mardi et non reconnu par l’opposition.

La tâche ne sera pas facile, d’autant que le Conseil de sécurité semble divisé, rapporte l’Agence France-Presse, notamment sur le sujet de l’envoi de troupes. En l’absence de consensus sur une résolution, l’ONU pourrait choisir d’appuyer l’Union africaine dans le sens d’une intervention. Car avant de regagner New York, le Conseil fera escale samedi à Addis-Abeba, siège de l’Union africaine.


Commentaire


Retour en haut