Archive

Attaque au Burkina Faso: visite de soutien du président béninois

ce lundi, le président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, doit se rendre sur les lieux de l’attaque avec un invité, son homologue béninois, Thomas Boni Yayi, premier chef d'Etat à s'y rendre

 

Après le Premier ministre malien, Modibo Keïta, venu il y a vingt-quatre heures, c’est au tour de Thomas Boni Yayi, premier chef d’Etat ouest-africain à venir physiquement apporter son soutien au Burkina Faso et à son président, Roch Marc Christian Kaboré. Celui-ci l’a accueilli aux alentours de 11 heures 30 à l’aéroport où très vite, Thomas Boni Yayi a pris la parole devant les journalistes réunis: "Nous n’allons pas nous laisser faire. Ce n’est pas le Burkina Faso qui a été frappé, mais toute la communauté ouest-africaine".

Le président béninois a expliqué que "C’est ensemble que les pays de l'Union Economique et Monétaire ouest-africaine (UEMOA), et au-delà ceux de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) doivent lutter contre ce fléau du terrorisme. Ensemble, avec l’aide de la communauté internationale, nous devons garder les portes de notre pays", avant de parler "d’union sacrée entre les dirigeants africains".

 


© Droits réservés
Visite sur les lieux de l’attaque

On le voit un discours fort, presque martial de sa part, un peu à l’image de celui tenu il y a tout juste deux mois à Bamako lorsque le président de la Cédéao, Macky Sall, était venu soutenir Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) juste après l’attentat contre l’hôtel Radisson. Thomas Boni Yayi s’est tourné vers le président Kaboré, pour l’assurer du soutien de la communauté africaine.

Ensuite, les deux hommes se sont rendus à Kosyam, au palais présidentiel. Ils doivent se rendre, cette après-midi, sur les lieux de l’attentat au Splendid Hôtel.


Commentaire


Retour en haut