Archive

Burkina Faso: le gouvernement de rupture de Paul Kaba Thieba

Au Burkina Faso, à Ouagadougou, le nouveau gouvernement vient d'être annoncé moins d'une semaine après la nomination du Premier ministre Paul Kaba Thieba. Il compte 29 membres dont sept femmes

 

Parmi les principales figures de ce gouvernement, Simon Compaoré, ancien maire de Ouagadougou, devient ministre de líAdministration du territoire. Un gouvernement quíon peut qualifier de rupture vient díêtre formé par le Premier ministre burkinabè Paul Kaba Thieb. Les portefeuilles de la Défense et de la Sécurité sont aux mains des premiers responsables du parti au pouvoir, cíest-à-dire líUNDP.

Dans son discours díinvestiture, le président Kaboré avait sonné la fin de la récréation, face à líincivisme et le non-respect de líautorité de líEtat. Roch Marc Christian Koboré conserve le portefeuille de la Défense. On peut le comprendre, car líarmée est en pleine réforme actuellement. Et depuis le putsch manqué de septembre dernier, les défis sécuritaires sont aussi nombreux. Cíest certainement pour cela que líun des ténors du parti, Simon Compaoré, occupe le portefeuille de la Sécurité.

Les Burkinabè, qui attendent beaucoup de la Justice avec de nombreux dossiers, notamment líaffaire Sankara, líaffaire Zongo et le dossier du putsch manqué de septembre, retrouvent le magistrat René Bagoro.

 


© Droits réservés
Ce níest díailleurs pas un hasard síil se retrouve à ce ministère ; il fait partie des trois ministres qui avaient été séquestrés lors du putsch de septembre dernier, perpétré par líex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP).

La communication sera également au cúur de ce nouveau gouvernement. Líéditorialiste Rémis Fulgance Dandjinou est à la Communication. Et le journaliste et ancien correspondant de RFI, Alpha Barry, se retrouve au ministère des Affaires étrangères.

Les Burkinabè, qui reprochaient au précédent gouvernement de ne pas beaucoup communiquer sur leurs actions, auront certainement beaucoup de communications sur les actions du gouvernement.


Commentaire


Retour en haut