Archive

Des candidats demandent l'arrêt du dépouillement

Les deux-tiers des candidats en lice à l'élection présidentielle en République centrafricaine (RCA) ont appelé lundi à un arrêt du dépouillement des bulletins

 

Les deux-tiers des candidats en lice à l'élection présidentielle en République centrafricaine (RCA) ont appelé lundi à un arrêt du dépouillement des bulletins en raison, affirment-ils, de fraudes. Les premiers résultats de l'élection présidentielle organisée mercredi créditent l'ancien Premier ministre Faustin Archange Touadéra d'une courte avance, a annoncé samedi la commission électorale après dépouillement de tous les suffrages exprimés dans la capitale Bangui.

Trente candidats étaient en lice au premier tour de ce scrutin qui marque le retour à l'ordre constitutionnel après le renversement du président François Bozizé et les violences qui ont suivi. Vingt d'entre eux contestent la régularité du scrutin, une initiative qui pourrait fragiliser davantage le processus de transition même si certains Centrafricains semblent surtout y voir un mouvement d'humeur de candidats frustrés de voir le pouvoir leur échapper.

 


© Droits réservés
"Les opérations électorales (...) ont révélé de graves insuffisances d'organisation, de multiples irrégularités et intimidations dans le déroulement du scrutin et des manipulations de nature à remettre fondamentalement en cause la sincérité et la transparence du scrutin", a déclaré l'un d'eux, Théodore Kapou. "Nous refusons d'être complices de cette mascarade électorale, déclarons les opérations électorales non crédibles, exigeons purement et simplement leur arrêt au profit d'un processus concerté", a-t-il ajouté en s'exprimant des autres candidats contestataires. "Nous invitons tous les acteurs impliqués à se mettre au tour d'une table pour définir la modalité de la sauvegarde de la
nation."


Le candidat contestataire le mieux placé est Bilal Nzanga-Kolingba, fils d'un ancien président, qui arrivait au quatrième rang avec 50.332 voix, selon les résultats partiels communiqués par la commission électorale. Faustin Archange Touadéra était en tête avec 139.498 voix, devant un autre ancien Premier ministre, Anicet-Georges Dologuélé (96.728) et Jean-Serge Bokassa, fils de l'ancien dictateur Jean-Bédel Bokassa (66.229).


Commentaire


Retour en haut