Archive

RCA: Manifestation pacifique des agents de la CEI

Près de 200 personnes se sont rassemblées pour réclamer six mois d’arriérés d’indemnités

 

Ils réclamaient que leur radio soit l’écho de leurs revendications en parlant de leur situation d’agents n’ayant reçu aucune indemnité depuis 6 mois». C’est ainsi que dans la journée de samedi 26 février, le collectif des commissaires locaux de la CEI (Commission électorale indépendante) de Bangui et Bimbo ont organisé une manifestation pacifique devant les locaux de [leur radio] à Bangui. Ils veulent ainsi faire entendre leur voix et obtenir le paiement de 6 mois d’indemnités. C’est à la fin d’une assemblée générale de leur collectif tenue dans la matinée que ces commissaires de la CEI, estimés à près de 200 personnes se sont rassemblées devant la Radio Ndeke Luka.

 


© radiondekeluka
Des manifestants devant la Radio samedi matin
Leur porte parole, Joseph Désiré YENGOU, a expliqué que c’est à l’issu de l’Assemblée générale extraordinaire que les commissaires locaux de Bangui et de Bimbo ont souhaité, qu’un bureau du comité de pilotage du collectif des commissaires locaux de Bangui et de Bimbo soit mis en place. Nous nous sommes rapprochés d’abord de la coordination nationale de la CEI (Commission électorale indépendante) pour porter à sa connaissance l’existence effective de ce collectif». Il démentait ainsi les propos tenus il y a quelques jours par Rigobert Vondo, rapporteur général de laCEI, qui interrogé par Radio Ndeke Luka, avait dit ignoré l’existence de ce collectif. Joseph Désiré YENGOU a fait savoir que les commissaires locaux de Bangui et Bimbo totalisent six mois d’arriérées. « Nous totalisons 6 mois d’arriérées d’indemnités, et si on essaie de faire le calcul pour les 8 arrondissements de Bangui et de Bimbo, ça fera un total de 92.820.000 FCFA», a-t-il précisé. Ces commissaires ont conditionné la reprise de leurs activités en vue du deuxième tour des élections législatives dont la date est fixée au 27 mars 2011, au paiement de ces 6 mois d’indemnités.

Le président centrafricain François Bozizé a été saisi de cette revendication depuis le 21 février dans un mémorandum envoyé par ce collectif. On se rappelle qu’en matière de financement de ladite campagne des partenaires internationaux avaient mis la main à la poche, malgré les irrégularités observées lors du scrutin. L’Union européenne avait contribué à hauteur de Seize millions d'euros.

 



Commentaire


Retour en haut