Archive

Les étudiants se mettent aux petits boulots

Les jeunes ressortissants des villes de provinces, se battent pour tenir le cap durant leur période díétude à líuniversité de Bangui. Ils tiennent de petites activités comme la culture maraichère

 

Ils sont plus nombreux à découvrir cette activité qui leur permet de surmonter les difficultés liées aux études à líuniversité de Bangui.

Marcelin Dounian Frangodé, étudiant en Master 1 des Lettres Modernes est un jardinier sur le campus universitaire de Bangui. Il explique comment il fait pour surmonter les difficultés "après líobtention de mon baccalauréat, je me suis inscris au département des Lettres Modernes. Avec líavènement de la rébellion de la Séléka, mes parents ne míont plus soutenu. Cíest ainsi que je me suis lancé dans la culture maraichère pour survivre", a-t-il expliqué.

Ce dernier fait savoir quíil vit grâce à cette activité "cíest grâce à cette culture que jíai payé mes frais de scolarité. Jíai aussi acheté un ordinateur pour mes travaux de recherche et je me nourri et míhabille", a-t-il ajouté.

 


© Droits réservés
Marcelin appelle les autres à persévérer et surtout à se lancer dans cette activité qui, selon lui permet de joindre les deux bouts "comme lía dit La Fontaine: "La terre est un trésor". Essayez et vous verrez, jíinvite les jeunes à ne pas négliger les travaux de la terre. Ici sur le campus, cette activité permet de mieux vivre", a-t-il signifié.

Yanick Franck Kombé, un des clients de Marcelin apprécie les légumes "líépinard que jíachète ici est de bonne qualité. Cíest pourquoi je viens souvent ici", a ajouté Yanick Franck Kombé.

De nombreux étudiants se sont engagés dans les petits métiers entre autres la cordonnerie, le jardinageÖ


Commentaire


Retour en haut