Archive

Bangui: retour à la maison dans le 6e arrondissement

Des habitants du 6ème arrondissement notamment, des quartiers Fatima 1 et 2 et Gbatouri regagnent progressivement leurs domiciles après les évènements de septembre et octobre 2015

 

Nous sommes devant lécole Fatima Garçon. Le secteur est calme. La majorité des portes des maisons reste fermée. Les habitants sont tous chez eux, certains sont collés à leur poste récepteur sous le manguier. Des passants et certains conducteurs de moto sont visibles sur la voie qui mène à léglise Christianisme Céleste de Gbatouri.

Devant le siège de lONG Enfant Sans Frontière, nous avons rencontré Max Well Ligouna qui habite le quartier Cattin. Il nous montre son itinéraire "jemprunte toujours cette voie pour rejoindre Cattin, mais suite aux derniers évènements, nous étions obligés de contourner par Béthanie. Après avoir constaté une accalmie, les gens entrent au Km5. Cest depuis deux semaines que nous avons repris cet axe", a-t-il expliqué.

En descendant un peu sur cette même ruelle, nous avons rencontré Patricia Elewoagni assise devant sa maison, elle na mentionné aucune présence de forces nationales et internationales dans le secteur. "Nous avons regagné notre quartier depuis deux semaines. Mais à 17h nous sommes déjà au lit car nous craignons pour notre sécurité car il nya même pas les forces nationales et internationales pour sécuriser le secteur. Cest seulement Dieu qui nous protège", a-t-elle expliqué.

 


© Droits réservés
Malgré ce retour progressif, de nombreux habitants du secteur se trouvent sur le site des déplacés.
Quittant léglise Christianisme de Gbatouri pour sortir devant le Bar Bercy, nous avons rencontré un groupe de jeunes, qui habitent le secteur. "Lorsque la tension était vive, nous avions quitté le secteur. Mais nous sommes toujours là le soir pour surveiller nos maisons à cause des voleurs. Le calme nest pas totalement revenu, cest seulement ces trois derniers jours quon na pas entendu des détonations darmes", a mentionné Prince Yangue, lun de ces jeunes.

Les habitants du secteur justifient la timide circulation sur lavenue CEMAC par linsécurité dans la zone "cest ce qui empêche les conducteurs de reprendre cet axe car ils ont peur dêtre agressés. Mais après le travail de la Minusca, la circulation commence à reprendre petit à petit", a souligné sous lanonymat un autre jeune.



Commentaire


Retour en haut