Archive

Minusca: le nom du nouveau porte-parole fait défaut

La Minusca ne veut pas associer son image à celle de Gaspard Baratuza pressenti pour devenir le nouveau porte-parole de la force militaire de la Minusca, la force de líONU déployée en Centrafrique

 

Depuis l'arrivée du nouveau représentant spécial des Nations unies, Parfait Onanga, la Minusca a fait de la lutte contre l'impunité son cheval de bataille. Parfait Onanga s'est appliqué à redorer l'image de la mission onusienne, ternie par de régulières allégations de viols commis par des casques bleus.

Pas question donc d'associer l'image du colonel Baratuza à celle de la Minusca, confie une source au sein de la mission sous couvert d'anonymat. Gaspard Baratuza est notamment soupçonné d'avoir minimisé, voire couvert les exactions de l'armée burundaise, notamment des exécutions extrajudiciaires à la fin de l'année 2014, à Citiboke.

 


© Droits réservés
Un choix plutôt complexe.
Les réseaux sociaux s'enflamment

Dès que la nouvelle de sa nomination a fuité, les réseaux sociaux se sont enflammés. Les activistes burundais ont même créé sur Twitter le hashtag #SendBaratuzaback pour demander le renvoi du colonel dans son pays. Selon les dernières informations disponibles, Gaspard Baratuza se trouve à Entebbe en Ouganda en attente de son transfert à Bangui.

Face à la polémique, la Minusca a confirmé être au courant "des rapports qui pèsent sur le colonel et s'être saisie de l'affaire", tout en assurant qu'aucune nomination définitive ne serait validée sans une enquête préalable. Une source proche du représentant spécial affirme que Parfait Onanga lui-même annulerait l'affectation de Baratuza si jamais il arrivait jusqu'en Centrafrique.


Commentaire


Retour en haut