Archive

Madagascar: après négociations, les députés votent la loi de finances

L'année prochaine, le gouvernement mise sur une croissance de 4,5%, contre 3,2% du PIB cette année, et une augmentation de certains impôts et des recettes douanières pour remplir les caisses de l'Etat

 

Alors que les députés de l'opposition menaçaient de voter contre ou de boycotter la séance, un revirement de situation a eu lieu et finalement, le texte a été adopté sans amendements.
Les députés demandaient d'abord un rééquilibrage des dépenses publiques. Ils soulignent notamment que dans la loi de finances, la présidence obtient près de 100 milliards d'ariarys, environ 28 millions d'euros. C'est trois fois plus que la somme allouée à l'Assemblée nationale par exemple.

Ensuite, les députés réclamaient la gestion du fonds de développement des régions. De l'argent qu'ils veulent utiliser pour concrétiser leurs promesses de campagne. Enfin, l'attribution de véhicules tout-terrain a refait surface. Les députés réclament ces voitures depuis plusieurs mois. Pour eux, il ne s'agit pas de chantage, mais d'un droit légitime.

 


© Droits réservés
Des promesses

Finalement, ils n'auront pas les voitures, mais obtiennent la promesse de pouvoir gérer le fonds de développement des régions. Quant aux soucis concernant la loi de finances elle-même, ils semblent oubliés. Alors que plusieurs élus affirmaient qu'ils étaient contre ce texte, en définitive, la loi a été votée sans amendements.

En guise d'explication, les députés de l'opposition disent qu'ils ne veulent pas être accusés d'entraver le bon fonctionnement de l'Etat. Mais un élu, Gui Rivo Randrianarisoa, du parti TIM de Marc Ravalomanana, a tout de même dénoncé des réunions de groupes de députés à l'issue desquelles tous étaient prêts à soutenir le régime en échange d'argent, de voyage à l'étranger, ou de faveurs.


Commentaire


Retour en haut