Archive

L' ANE condamne les tirs pendant le référendum

Des tirs d’armes lourdes et légères ont été enregistrés dans le 4ème et le 3ème arrondissement de la ville de Bangui, pendants le vote référendaire du 13 décembre dernier

 

Julius-Rufin Ngougadé-Baba, rapport général à l’autorité nationale des élections (ANE), déplore le comportement irresponsable de certaines personnes qui ont tiré sur la population dans le but d’empêcher le déroulement du vote.

Selon lui, l’équipe de la supervision de l’ANE s’est rendue sur les lieux afin de parler aux ravisseurs de cesser avec les armes. "Nous sommes allés à la rencontre de ces jeunes afin de discuter qu’ils arrêter avec les tirs qui paniquent la population. Nous votons pour relever la Centrafrique", a-t-il expliqué.

Dans son adresse à la population, Julius-Rufin Ngougadé-Baba, a exhorté les votants à remplir leur devoir civique dans un engouement pacifique. "Il laisser la population s’exprimer librement. C’est un devoir et droit pour tout centrafricain de contribuer au développement du pays", a-t-il encouragé.

 


© Droits réservés
Romuald Toloba, un agent de l’Etat a déploré ces détonations d’arme lourde et légère pendant le vote du référendum. Il a qualifié cette agitation "d’anti constitutionnel", avant de faire un constat sur le déroulement du vote.

"Il n’y a pas eu assez de campagne de sensibilisation auprès de la population concernant ce processus électoral. Les gents ont confondu le vote du référendum au vote présidentiel et législatif. C’est pendant le vote que certains ont été informés de ce qu’il fallait faire ce 13 décembre", a-t-il affirmé.

Le vote référendaire a eu lieu le 13 décembre et la majorité de la population a prouvé son engouement, malgré quelques incidents qui se sont produits dans une partie de Centrafrique.



Commentaire


Retour en haut