Archive

Référendum constitutionnnel: le MLPC et líUPC en faveur du "OUI"

le président du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) Martin Ziguele et Ali Daras lancent un appel à tous les Centrafricains afin de voter "Oui" au prochain référendum.

 

Le MLPC sollicite tout le peuple centrafricain à se rendre massivement le 13 décembre prochain dans les bureaux de vote pour exercer librement leur droit citoyen dans les urnes.

Il exhorte ses compatriotes par la même occasion à "voter "OUI" au texte de constitution qui en dépit de certaines critiques partisanes fantaisistes et rumeurs mensongères, a le mérite díêtre un texte relativement consensuel qui fixe les bases et fondements de la société du bien vivre ensemble et de la cohésion sociale, indispensable à la remise sur les rails de notre pays".

Le MLPC demande à la population de se mobiliser pour la réussite de ce référendum et les consultations populaires qui suivront tout en demeurant vigilant quant aux "diverses manúuvres des ennemies de la paix qui entendent empêcher le déroulement du processus électoral".

 


© Droits réservés
Le "OUI" préconisé pour le changement.
LíUnion pour la Paix en Centrafrique (UPC) considère que: ["la meilleure manière de contribuer à líarrêt de la violence qui assombri líavenir serein et pacifié des Centrafricains depuis près de trois ans, passe par ces actes citoyens fondateurs que sont les rendez-vous électoraux des 13 et 27 décembre prochains et sans doute du deuxième tour, le 31 janvier 2016"].

"Bien que nos revendications et notre aspiration restent inchangées, nous encourageons ainsi tous les Centrafricains à se rendre massivement aux urnes, afin de nous doter díun Président digne et responsable qui sera à la hauteur des immenses défis quíil devra affronter et qui nous attendent tous comme Nation pacifiée et réunie dans un destin commun", précise le communiqué.

Même si plusieurs leaders politiques et certains groupes armés militent pour le vote de "OUI" au Référendum Constitutionnel, certaines organisations comme le parti KNK de líancien président François Bozizé et líUnion du Non battent campagnes pour le "NON".


Commentaire


Retour en haut