Archive

‘’Fini Be Africa’’ dénonce la crise sécuritaire dans le pays

Bertrand Kenguetona, coordonnateur stratégique de l'association politique "Fini Be Africa" s'insurge contre les conflits qui embrase le pays depuis fin septembre 2015

 

La situation sécuritaire est loin de s’améliorer malgré l’assurance du gouvernement et celle de la communauté internationale, a fait observer Bertrand Kenguetona, coordonnateur stratégique de "Fini Be Africa", une association politique de l’ancien diplomate centrafricain auprès de l’ONU, Charles Armel Doubane.


"Les assassinats et les techniques des maisons brûlées dignes d’une autre époque nous obligent à interpeler les différentes entités qui ont la charge d’assurer la sécurité du peuple centrafricain", a-t-il martelé.

Pour Bertrand Kenguetona le gouvernement centrafricain est le premier responsable de la sécurité du peuple centrafricain. "La persistance de l’insécurité atteste de l’échec des stratégies du gouvernement pour assurer la sécurité du peuple centrafricain. Des interrogations fondamentales méritent d’être posées sur la bonne foi de tous les membres du gouvernements à œuvrer pour instaurer la sécurité dans le pays", a-t-il indiqué.

 


© Droits réservés
Le peuple demande lui aussi la fin des conflits.
Concernant la présence des forces internationales dans le pays, pour ce dernier, l’espoir du début a laissé la place au rejet. "Aujourd’hui, le peuple centrafricain ne porte plus dans son cœur ces forces internationales qui sont venues lui prêter main forte pour des différentes raisons à savoir la partialité de ces forces internationales, le refus d’exécution les différentes résolutions du conseil de sécurité et leur méthode de travail", a ajouté Bertrand Kenguetona.

Le regain de violence dans la ville de Bangui était intervenu suite à l’assassinat des habitants du KM5 dans le 6e arrondissement.


Commentaire


Retour en haut