Archive

Tanzanie: le candidat du parti au pouvoir élu président, l'opposition rejette les résultats

Le candidat du parti au pouvoir en Tanzanie, John Magufuli, a remporté l'élection présidentielle avec plus de 58% des voix, a annoncé jeudi la Commission électorale nationale

 

"Je déclare formellement que John Pombe Magufuli a été élu président de la République unie de Tanzanie", a annoncé le président de la NEC, Damian Lubuva.

Magufuli a obtenu 58,46% des suffrages exprimés - soit 8.882.935 voix - et nettement devancé son principal rival Edward Lowassa (39,97%, soit 6.072.848 voix), membre du Chadema (Parti pour la démocratie et le développement), le premier parti d'opposition.

Mais M. Lowassa, un ancien Premier ministre, a refusé d'accepter ces résultats et revendiqué la victoire, accusant la Commission électorale d'avoir falsifié les chiffres.

"Nous refusons d'accepter cette tentative de déposséder les citoyens de Tanzanie de leurs droits démocratiques, ce qui est exactement ce que fait la Commission électorale nationale en annonçant des résultats qui ne sont pas les vrais résultats", a-t-il déclaré.

 


© Droits réservés
Le candidat du parti au pouvoir en Tanzanie donné vainqueur à la présidentielle.
"Nous demandons à la Commission électorale nationale d'annoncer qu'Edward Lowassa est le nouveau président de la République unie de Tanzanie", a-t-il déclaré.

Le CCM, parti unique jusqu'en 1992 - et auparavant la Tanu (Union nationale africaine du Tanganyika) dont il est issu - est au pouvoir depuis la création de la Tanzanie, née en 1964 de la fusion entre le Tanganyika continental et Zanzibar.

M. Magufuli, qui fêtait son 56e anniversaire jeudi, a mené une campagne axée sur la lutte contre la corruption et a tenté de se distancer du bilan de son propre parti.

Il succède à l'actuel chef de l'Etat Jakaya Kikwete. Conformément à la Constitution, celui-ci ne s'est pas représenté à l'issue de son second mandat, contrairement à plusieurs de ses pairs sur le continent, qui tentent de modifier leurs constitutions pour se maintenir au pouvoir.


Commentaire


Retour en haut