Archive

l'ONU appelle à donner au peuple la chance de s'exprimer

Le Chef de la MINUSCA, Parfait Onanga-Anyanga, a exhorté tous les acteurs de la crise à donner au peuple la chance de s'exprimer à travers des

 

"Votre pays est à quelques mois seulement de la sortie de crise ; en décembre, nous aurons entamé un processus électoral, avec un référendum et un premier tour. Il faut que toutes les femmes et tous les hommes de bonne volonté s'organisent et s'engagent dans ce processus qui est vital pour le pays", a souligné mercredi le Représentant spécial lors d'une conférence de presse hebdomadaire de la MINUSCA.

M. Onanga-Anyanga a rappelé que plus de 90% des personnes en âge de voter s'étaient inscrites sur les listes électorales, ce qui témoigne de la volonté du peuple centrafricain d'aller s'exprimer sur son avenir par les urnes et non par les armes.

 


© Droits réservés
"90% des personnes en âge de voter s'étaient inscrites sur les listes électorales".
En effet, selon les données officielles, à la date du 19 octobre 2015, 1,9 million d'électeurs potentiels, soit 91,2% de l'électorat attendu, étaient enregistrés. De même, l'enregistrement de la diaspora, y compris les réfugiés, est en augmentation (37.892, soit 19%).

M. Onanga-Anyanga a saisi l'occasion pour mettre en garde ceux qui veulent compromettre la paix et qui veulent à tout prix prendre le pouvoir par la force. Il a ainsi averti que "ceux qui veulent prendre le pouvoir par les armes ne passeront pas". Il a martelé que la volonté du peuple devrait être respectée et que la MINUSCA y veillerait. "Il faut donner la chance au peuple. Il faut l'écouter", a-t-il insisté.

 


© Droits réservés
Un don de 1200 isoloirs en provenance du Kenya a été octroyé à la RCA.
Notons que le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, Stephen O'Brien, vient d'achever jeudi une visite en République centrafricaine. Il a rencontré des personnes déplacées sur le site de Saint Sauveur et dans le quartier PK5 dans la capitale Bangui, où une récente vague de violences a déplacé plus de 23.000 personnes.

Lors de sa visite, M. O'Brien a discuté avec la communauté humanitaire des défis auxquels elle est confrontée pour fournir une assistance.


Commentaire


Retour en haut