Archive

Michaëlle JEAN propose le dialogue en RCA

La secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean, condamne fermement les violences survenues ces derniers jours à Bangui, et appelle toutes les parties à la retenue et à privilégier le dialog

 

«Je condamne fermement ces actes de violence díune extrême gravité et inadmissibles dans ce contexte marqué par la préparation des élections de sortie de crise. En mon nom propre et au nom de la communauté francophone, je tiens à présenter aux familles des victimes et à líensemble du peuple centrafricain nos sincères condoléances», a déclaré Mme Jean dans un communiqué reçu de ses services.

Depuis quatre jours, la capitale centrafricaine est en proie à une nouvelle vague de violences, qui a fait 36 morts. Les sièges des ONG Première Urgence et Cordaid ont été attaqués, les locaux du Programme alimentaire mondial (PAM) à Bangui également. Selon Michaëlle Jean, «prendre pour cibles les organisations humanitaires, qui sont en Centrafrique pour aider à soulager la souffrance des populations victimes de la crise, est un acte intolérable».

La secrétaire générale de líOrganisation internationale de la Francophonie (OIF) appelle toutes les parties à «la retenue et à privilégier» le dialogue et la recherche du consensus, auxquels participe activement son envoyé spécial Louis Michel. Elle souligne que les auteurs des violences et des violations des droits de líhomme «doivent être identifiés et jugés par les tribunaux compétents».

 


© Droits réservés
Michaelle Jean, SG, Oif: «la retenue et à privilégier.
Michaëlle Jean rappelle «líengagement de la Francophonie en faveur de la lutte contre líimpunité, en particulier à travers líappui engagé pour la mise en place rapide de la Cour pénale spéciale».

La secrétaire générale de la Francophonie réitère la détermination de son organisation à «poursuivre, en lien avec les partenaires internationaux, sa contribution visant à mener à terme la transition, qui ouvrira des perspectives vertueuses pour le rétablissement de la démocratie, de líEtat de droit et le développement de la RCA».


Commentaire


Retour en haut