Archive

La France et l'Union Européenne dépensent 16 millions d'euros pour les élections

Résultats: la «réélection» au premier tour, obtenue avec 67% des voix, du président sortant, le général Bozizé

 

C'est Le Canard enchaîné, un journal satirique français qui détaille la note: Seize millions d'euros, dont 500 000 euros à la charge de la France. C'est la somme dépensée par la communauté internationale pour financer un festival de fraudes en Centrafrique. Bourrage d'urnes, bureaux de vote non comptabilisés (27% d' «oublis»), violences et intimidations d'opposants, rien n'a été négligé, comme le rapportent l'association Survie et de nombreux observateurs européens. Résultats: la "réélection" au premier tour, obtenue avec 67% des voix, du président sortant, le général Bozizé.

 


© politique.net
Les pages lues
Pourquoi la France n'a-t-elle pas dénoncé ce déni de démocratie? Sans doute au nom d'intérêts économiques: en Centrafrique, les Français travaillent à l'ancienne, rappelle Le Canard. Soutien militaire du régime - ils ont aidé l'armée régulière à mater des rébellions armées au nord en 2006 - ils sont aussi fortement impliqués, via Areva, dans l'exploitation d'Uranium. Cet enjeu stratégique a mobilisé plusieurs voyages à Bangui de Patrick Balkany, au nom du président Sarkozy. Sur place, le maire de Levallois a utilisé à diverses reprises l'avion d'un ami du régime, le milliardaire belge Georges Forrest. A titre purement privé comme dirait MAM. A l'exception du Monde et du Canard, la dictature de Centrafrique n'est pas encore très populaire dans les médias français.

 



Commentaire


Retour en haut