Archive

Rentrée scolaire oblige

Alors que de nombreuses écoles du pays sont détruites et que certaines servent de base arrière à des groupes armés, les élèves retrouvent le chemin de líécole

 

"Notre école comme vous l'avez constaté se relève. C'était un défi majeur. On pensait qu'elle allait mourir au regard de ce que le pays a connu ces trois dernières années, mais notre école n'a pas été abandonnée", a déclaré Elois Anguimaté, ministre centrafricain de l'Éducation nationale.

"La réhabilitation et la construction des infrastructures scolaires, leur équipement en mobilier, la dotation des enfants en kits scolaires et le renforcement des capacités des enseignants", sont les priorités du ministère de l'Éducation nationale au titre de cette année académique. «L'école, ce n'est pas que Bangui, ce ne sont pas que certaines préfectures mais c'est toute l'étendue du territoire centrafricain», a expliqué Elois Anguimaté qui affirme avoir pris l'engagement de faire en sorte que «les élèves qui habitent Mbrés (Nana Gribizi) et Batangafo (Ouham), qui ont été privés pendant des années de l'éducation puisent retrouver comme tous les autres enfants le chemin de l'école cette année.»

 


© Droits réservés
Les autorités scolaires appellent à une meilleure protection des écoles.
Le chef de département de l'éducation nationale a par ailleurs demandé à la communauté internationale d'apporter son appui pour la réussite de cette nouvelle année académique.
Cantines scolaires

Dans cette dynamique, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) entend apporter son appui à travers des vivres issus des productions locales. «Nous allons cette année faire des cantines scolaires endogènes qui consistent à stimuler les enfants à aller à l'école mais aussi stimuler la production locale», rassure Albert Bango-Makoudou, chargé de programme au PAM, chef de section éducation-protection social. Le PAM prévoit ainsi procéder dès octobre à l'achat de 10 tonnes de riz à Bozoum auprès des groupements à la base, 7 tonnes de haricots blanc à Bocaranga et 7 tonnes de haricot rouge à Bouar.

 


© Droits réservés
L'école, ce n'est pas que Bangui.
Rentrée plutôt difficile

En Centrafrique, les élèves sont censés reprendre le chemin de l'école ce lundi pour la rentrée.
Deux ans après les conflits armés qui ont mis le pays à plat, le système éducatif tarde à retrouver son cours normal sur líensemble du territoire national. De nombreux établissements scolaires ont servi de base arrière aux groupes armés et ne sont toujours pas remis en état. Bancs, bureaux, tableaux, ... beaucoup de matériel a été réduit à néant. En vue de sauver l'année académique 2015-2016, les autorités scolaires appellent à une meilleure protection des écoles.

Placée sous le signe de la paix, la rentrée des classes 2015-2016 avait été marquée le 19 septembre 2015, par une activité dénommée "Courrons vers l'école". Pour le ministre de l'Éducation nationale, le retour à l'école est synonyme de retour de la paix. Il avait de ce fait appelé les "parents armés ou non armés à comprendre qu'il est dans leur intérêt de faire en sorte que leurs enfants puissent aller à l'école afin de préparer leur avenir mais aussi celui de notre pays".






Commentaire


Retour en haut