Archive

La RCA domine la RDC, 2 Ė 0

La sélection centrafricaine se donne des chances de qualifications à la CAN Gabon 2017, en battant líéquipe du Congo démocratique 2-0 à Bangui

 

Les Fauves de bas Oubangui de Centrafrique ont battu ce dimanche 06 septembre 2015, à Bangui, les Léopards de la RD Congo sur le score de 2 Ė 0, en match aller comptant pour la deuxième journée des éliminatoires de la Coupe díAfrique des nations (CAN) de football, dont la phase finale se disputera en 2017 au Gabon.

Les deux buts centrafricains ont été inscrits pendant la première partie.
À la 25ème minute, faute du portier congolais, Parfait Mandanda, sur un joueur centrafricain dans la surface de réparation. Le penalty est accordé à la RCA et Vivien Madibe, joueur de Tétouan du Maroc concrétise. Score 1-0.

 


© Droits réservés
Des Fauves décisifs.
Visiblement, les Fauves sont plus voraces que les Léopards, les offensives se multiplient. Sans tarder sur un éclair de génie, Junior Gourrier du FC Sogea du Gabon, síoffre un tir à [30 mètres] des goals du gardien qui ne voit rien venir. 2 buts à 0 à la 33ème minute.

Un score qui restera inchangé grâce à un Parfait Mandanda téméraire. Le gardien du Sporting Charleroi a brillé mais ses coéquipiers sont passés à côté de cette rencontre.



Cette victoire de la RCA est une relance après la défaite 4 à 0, concédée lors de la première journée face à líAngola au mois de juin 2015. Les Fauves comptent désormais le même nombre de points que la RDC (3 points) dans ce groupe B dans lequel l'Angola est premier du groupe avec 4 points, après son nul (0-0) face au Madagascar, dernier avec 1 point.

 


© Droits réservés
Florent Ibenge et ses Léopards attendent le match retour à domicile.

La sélection centrafricaine jouait devant son public après trois ans díinterdiction de disputer des matchs à domicile pour cause díinsécurité.

Pour la prochaine journée de ce groupe B, le 23 mars 2015, la Centrafrique sera opposée à Madagascar, tandis que les Léopards de la RDC recevront les Palancas Negras de l'Angola.



Commentaire


Retour en haut