Archive

Coexistence pacifique: les leaders religieux clôturent le Forum

La rencontre reposant sur le dialogue interreligieux pour une coexistence pacifique, síest achevé le 27 août 2015, à la Faculté de Théologie Evangélique de Bangui (FATEB)

 

Des leaders religieux issus de plusieurs provinces de la Centrafrique, regroupés à Bangui autour díune même plate-forme reposant sur la coexistence pacifique. Une idée de líONG A.C.O.R.D Centrafrique en partenariat avec líObservatoire Centrafricain des Droits de líHomme (OCDH), qui a connu son apothéose le 27 août 2015, à la Faculté de Théologie Evangélique de Bangui (FATEB).

Le but de ce forum a été de créer un espace díéchange entre les acteurs confessionnels et ceux de la société civile, afin de favoriser le dialogue interreligieux et la promotion de la laïcité en Centrafrique.).

 


© Droits réservés
Le dialogue au nom de la paix.
Pour Evrard Armel Bondadé, secrétaire général de líOCDH, líobjectif de ce forum est de créer un espace díéchange entre les différentes communautés pour quíon puisse discuter afin de chercher les voies et moyens de sortir de la crise que traverse la Centrafrique. Aussi a-t-il souligné, «certains pensent que ce conflit est un conflit religieux or, en réalité cíest faux. Cíest pour cette raison que nous avons réuni les différentes couches religieuses pour montrer à líopinion internationale que la crise centrafricaine est une crise politique et non religieuse».

Les résultats attendus sont multiples, selon le secrétaire général de líOCDH car, «les religieux ayant participé à ce forum doivent revenir dans leur base pour sensibiliser leurs fidèles sur la laïcité».

Il précise en outre que les rencontres et dialogues interconfessionnels seront établis et deviendront fréquents en Centrafrique. Le souci étant de síen servir comme un moyen de résolution des conflits dans le pays. Pour lui, la liberté religieuse et les principes de laïcité doivent être respectés au niveau national par les diverses communautés. Il appelle aussi au respect des valeurs citoyennes qui doivent dominer sur les considérations religieuses.


Commentaire


Retour en haut