Archive

L'Onu sanctionne 3 miliciens et un marchand de diamants

Selon les Nations unies, les personnes sanctionnées constituent des menaces pour la transition politique, notamment la tenue d'élections démocratiques en Centrafrique.

 

Trois noms ont été donnés en vue des sanctions líOrganisation des nations unies(Onu), Alfred Yekatom, Habib Soussou, Oumar Younous. Le premier Alfred Yekatom, alias Colonel Rambo, est le chef de la milice anti-Balaka présente dans le quartier PK 9 de Bangui et dans plusieurs autres villes du pays. Il commandait des hommes à une douzaine de points de contrôle et imposait des taxes illégales aux véhicules. Il lui est désormais interdit de voyager et ses avoirs ont été gelés.

Les sanctions concernent également Habib Soussou, un commandant de la zone de Boda, à 180 kilomètres au sud-ouest de Bangui. Depuis sa nomination, des organisations humanitaires et leurs équipes ont été victimes de meurtres ciblés, d'affrontements et d'attaques commis par les anti-Balaka de la province de Lobaye (sud), dans les secteurs sous son commandement.

 


© Droits réservés
Le diamant finance les conflits en Centrafrique.
Par ailleurs, le comité des sanctions de l'Onu a émis une interdiction de voyager et un gel des avoirs à l'encontre de Oumar Younous, un ancien chauffeur d'une entreprise de diamants. Devenu général de l'ex-Seleka et trafiquant de diamants, il a d'après le Conseil de sécurité de l'Onu, « soutenu un groupe armé grâce au commerce de diamants».

La société de diamant Badica nía pa été épargnée par cette traque du Conseil de sécurité. Líentreprise a fourni un appui financier à l'ex-Seleka et aux forces anti-Balaka, grâce entre autres, au commerce illicite de diamants et d'or. Le Conseil de sécurité de l'Onu avait décrété en mai 2014, des sanctions similaires contre l'ex-président François Bozizé, le coordinateur des milices anti-Balaka Levy Yakété et le numéro deux de l'ex-coalition rebelle Séléka, Nourredine Adam.


Commentaire


Retour en haut