Archive

Les tensions entre réfugiés centrafricains persistent

En Centrafrique, les violences intercommunautaires ont poussé des dizaines de milliers díhommes et de femmes à líexil

 

Dans le camp de réfugiés de Mole, situé au Congo à quelques kilomètres de la frontière, comme dans une grande partie de la Centrafrique, la réconciliation entre chrétiens et musulmans reste à construire.

Ibrahim se présente comme "chrétien". Son jean bleu clair et sa chemise rayée lui servent de couverture. "Il ne faut pas trop montrer quíon est musulman, sinon les gens vont te menacer. Ça míest déjà arrivé", raconte ce réfugié centrafricain de 24 ans, le front perlant de sueur à cause de la chaleur, et qui chuchote de peur que ses compatriotes chrétiens líentendent.

 


© Droits réservés
Vivement la trève.
Ibrahim fait partie des quelques dizaines de musulmans qui vivent parmi 15 000 chrétiens dans le camp de réfugiés de Mole, une localité enclavée située dans la province de líÉquateur, dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo. Il est arrivé après avoir "fui le 25 décembre 2013 à cause de ce qui se passait entre les musulmans et les chrétiens".

Fortes pressions et conversions de force
En Centrafrique, les rebelles de la Séléka, essentiellement musulmans, ont renversé le président François Bozizé en mars 2013. Un cycle meurtrier díattaques et de représailles síest enclenché fin 2013 entre les putschistes et les milices anti-balaka, majoritairement chrétiennes, à líissue duquel la Séléka a finalement perdu le pouvoir. En janvier 2014, Catherine Samba-Panza a été nommée présidente de transition.



Commentaire


Retour en haut