Archive

Clarification et confirmation de démission de l'UDECA

Par Marcel Diki-Kidiri, Candidat indépendant à l'élection présidentielle 2015 en République Centrafricaine

 

De passage à Paris, le 20 juillet 2015.

A l’attention de Monsieur Faustin ZAMETO MANDOKO, Président de l’UDECA.

Objet: Clarification et Confirmation de démission.

Monsieur le Président et cher compatriote,

Suite à votre demande de clarification, je vous sais gré d’avoir rappelé que je suis toujours Conseiller Politique de l’UDECA, cofondateur de ce parti et membre de son bureau politique. Avec toutes ces qualités, je m’étonne de n’avoir jamais été consulté une seule fois depuis plus deux ans, ni convié à un débat interne avant toute prise de position comme celle d’une déclaration commune avec l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Transition (AFDT) laissant penser que l’UDECA serait affiliée à cette formation politique. Vous me connaissez suffisamment pour savoir que je ne saurais assumer virtuellement une fonction sans l’exercer effectivement.

 


© Droits réservés
S’il faut choisir entre un poste fictif dans une petite coquille vide et un engagement réel pour la Nation, le choix est vite fait et sans ambiguïté. Je continue de penser que tous les partis qui se réclament de la démocratie (UDECA, RDC, PDCA, MDD, MDI-PS, PSD, ADP CDCAD, CDRC, CSD, FDPC, FND, FODEM, MDES, MUD, PDS, PGD, UDPP, UDR-FK, UFDR, UNDPC, UNDP, etc.)* devraient se rassembler pour constituer un seul grand parti démocratique pour être crédible et efficace. Force est de constater que cela n’arrivera pas car les leaders de ces partis sont tellement ancrés dans une logique de rivalité nombriliste qu’ils perdent de vue l’intérêt général du pays. J’ai donc repris mon indépendance afin d’agir plus efficacement dans l’intérêt de notre Nation.

Et pour ne pas vous embarrasser, je vous confirme par la présente ma démission du poste de Conseiller politique de l’UDECA, du Bureau Politique de l’UDECA, et de l’UDECA. Il n’en demeure pas moins que je ne suis nullement hostile à ce parti dont j’ai été co-fondateur et qui, au départ, partageait largement mes idéaux. Tout parti qui ne présente pas de candidat aux élections présidentielles est libre de soutenir un candidat indépendant de son choix. Nous serons sans doute amenés à travailler à nouveau ensemble comme alliés dans l’intérêt de notre pays.

Veuillez recevoir mes salutations amicales et patriotiques.



Commentaire


Retour en haut