Archive

La situation des droits de líhomme évolue positivement en Centrafrique (experte)

Une experte indépendante des Nations unies aux droits de líHomme, Mme Marie Thérèse Keita Bokouma, a constaté une évolution positive de la situation dans le pays

 

Une experte indépendante des Nations unies aux droits de líHomme, Mme Marie Thérèse Keita Bokouma, qui effectue des visites régulières en Centrafrique ces deux dernières années, a constaté une évolution positive de la situation des droits de líhomme dans ce pays.

Selon elle, cette évolution a été favorisée par le forum national de réconciliation, tenu à Bangui du 4 au 11 mai 2015, lequel a eu le mérite de faire acquérir aux Centrafricains un nouveau comportement.

A líissue díun entretien avec la présidente de la Transition en Centrafrique, Mme Catherine Samba Panza, mardi dernier à Bangui, Marie Thérèse Keita Bokoum a cependant souhaité que la chaine pénale se mette en place pour parachever le travail de restauration de líEtat de droit dans le pays.

 


© Droits réservés
Mme Marie-Thérèse Keita Bocoum, experte indépendante sur la situation des droits de líhomme des Nations unies.
Líexperte indépendante a aussi noté avec satisfaction le retour progressif de líautorité de líEtat, caractérisé par le redéploiement de líAdministration sur toute líétendue du territoire.

«Les fonctionnaires sont un gage de respect de líautorité de líEtat par les populations», a déclaré líexperte indépendante qui a également visité plusieurs prisons centrafricaines.

Elle a affirmé que la plupart díentre elles étaient «conformes aux normes internationales», à líinstar de la maison centrale díarrêt de Ngaragba, protégée par les casques bleus et de la prison des femmes de Bimbo, une banlieue de Bangui.

Marie Thérèse Keita a encouragé le gouvernement centrafricain à poursuivre líeffort de désengorgement de la maison centrale díarrêt de Ngaragba par la construction de nouveaux centres de détention dans le pays.


Commentaire


Retour en haut