Archive

Elections en Centrafrique: le calendrier est connu

Après plusieurs reports, les autorités centrafricaines ont enfin arrêté le calendrier électoral. Le premier tour des législatives et de la présidentielle est prévu le 18 octobre

 

Le calendrier des élections en Centrafrique est désormais connu. Le référendum constitutionnel se tiendra le 4 octobre prochain. Le premier tour des législatives et de la présidentielle, le 18 octobre. Líéventuel second tour est prévu pour le 22 novembre. Quant au recensement électoral, il doit démarrer le 27 juin prochain et est prévu pour durer un mois, rapporte RFI ce 18 juin.

L'organisation des élections en RCA a connu plusieurs reports.

L'Autorité nationale des élections (ANE), créée en novembre 2013, avait initialement décidé de fixer la tenue du scrutin en février 2015. Ce premier chronogramme électoral avait été rendu public en février 2014.

En septembre 2014, Le président de líAutorité Nationale des Elections (ANE), Dieudonné Kombo-Yaya, décidait d'ajourner la tenue des élections sine die, du fait du manque de moyens.

En novembre de la même année, l'ANE proposait ainsi un calendrier électoral révisé, prévoyant cette fois l'organisation des élections législatives et de la présidentielle à deux tours entre juin et juillet 2015. A la mi-décembre 2014, le Conseil national de transition adoptait la feuille de route de la Transition en retenant le mois de juillet 2015 pour le premier tour des élections présidentielle et législatives; et celui d'août pour le second tour.

 


© Droits réservés

Lors du Forum de Bangui, tenu du 4 au 11 mai dernier dans la capitale, les délégués demandèrent encore le report des élections, afin de réunir des conditions d'organisation d'élections libres, transparentes et équitables.

La France souhaitait cependant que les élections se tiennent avant la fin d'année 2015, et l'avait fait savoir à la présidente de la Transition, Cathérine Samba Panza, en visite à Paris le 27 mai 2015.

La présidente de la Transition a indiqué au début de cette semaine, lors d'une interview accordée à RFI, qu'elle ne souhaitait pas voir la transition prolongée davantage. Elle a manifestement décidé de joindre la parole à l'acte avec le calendrier communiqué ce jeudi 18 juin.

La Centrafrique s'est retrouvée en plein chaos après le renversement en mars 2013 du président François Bozizé par Michel Djotodia, à la tête d'une rébellion à dominante musulmane, la Séléka.

Les exactions commises par la Séléka ont ensuite débouché sur la création de milices chrétiennes - les anti-balaka - qui s'en sont alors pris aux civils musulmans, déclenchant des violences inter-religieuses qui ont fait des milliers de victimes. Celles-ci ont conduit à l'intervention militaire de la France et de l'ONU, à l'éviction de Djotodia et à la mise en place d'une autorité de transition en janvier 2014.


Commentaire


Retour en haut