Archive

Les maladies du manioc préoccupent le CONACOM

Le manioc, une importante source d'alimentation africaine à la maladie de la mosaïque...

 

Le comité national de coordination des activités de lutte contre les maladies du manioc (CONACOM) a tenu à Bangui sa première réunion en présence du chargé de mission Constant Linganzi, représentant le ministre de líagriculture. Le but de cette réunion qui a regroupé les membres venus des ONG, du secteur public et privé était de présenter les différents membres du CONACOM. Il síagissait díune part, de voir comment élaborer un plan de travail annuel (PTA) en vue díune coordination et diffusion du manioc et díautre part de líélaboration de la politique de développement de production du manioc.

 


© Dico-cuisine
Du manioc
Dans son mot de bienvenue, le coordonnateur du CONACOM Constant Linganzi a expliqué que la sécurité alimentaire de la population passe prioritairement par líamélioration de la production du manioc. Cíest pourquoi nous apprécions líinitiative prise par la Fao et líUnion européenne en ce sens, a-t-il dit. Pour lui, depuis toujours des actions ont été menées en faveur du manioc en milieu paysan mais cela nía pas porté les fruits parce que ces actions sont menées díune manière disparate et non concertée et parfois cela se fait sans conseil technique, ni matériel végétal. Donc, le comité est chargé de la coordination, de líharmonisation et surtout de la pérennisation des activités de multiplication et de lutte contre les maladies et prioritairement du développement de la filière manioc, a-t-il indiqué. Selon Constant Linganzi, les causes de la baisse de production du manioc, qui est líaliment de base en Centrafrique sont les maladies dont la principale est la mosaïque africaine du manioc. Pour faire face à ce défi, le comité doit multiplier et distribuer des boutures saines de manioc.

Pour mémoire, le CONACOM a été mis en place par arrêté le 21 mai 2010. Il faisait suite à líexécution du projet intitulé Initiative Régionale du Manioc en appui aux petits producteurs vulnérables de líAfrique Centrale et de líEst. Ce projet est financé par líUnion Européenne et couvre 7 sept pays africains à savoir la Tanzanie, la RD Congo, le Gabon, le Burundi, la République Centrafricaine, le Rwanda et líOuganda. La décision de la mise en place díune coordination nationale dans chaque pays a été prise lors díun atelier régional sur le manioc organisé à Dar-El- Salaam du 29 novembre au 5 décembre 2009, a appris líagence de presse Ai.


Commentaire


Retour en haut