Archive

Centrafrique: Les églises rêvent d'un nouveau départ

Depuis le début de la crise, l’Église a fait tous ses efforts pour que la situation ne dégénère pas en conflit sectaire, estime Anatole Banga, vice-président de l’Alliance Évangélique Centrafricaine

 

Depuis le début du conflit, les églises ont toujours travaillé pour la paix en Centrafrique. C’était encore le cas pendant le Forum National de Bangui, qui s’est terminé par un accord le 10 mai dernier.

Le rôle clé de l’Église
«Aujourd’hui, chacun recherche la paix. Il existe une réelle volonté de donner au pays un nouveau départ, sur de nouvelles bases. Depuis le début de la crise, l’Église a fait tous ses efforts pour que la situation ne dégénère pas en un conflit sectaire. C’est l’occasion de réitérer notre implication pour la paix et la réconciliation», a dit le pasteur Anatole Banga, vice-président de l’Alliance Évangélique Centrafricaine.

 


© Droits réservés
Délégués au Forum National de réconciliation à Bangui

Pasteurs engagés
Lors du Forum National, 12 pasteurs ont pris une part active dans chaque atelier, groupe de travail et discussion. Ils ont veillé à ce que cette rencontre ne soit pas monopolisée par les politiciens, tout en restant à l’écoute des différents partenaires de la société. «Nous espérons des résultats constructifs et tangibles», ont-ils déclaré.

Réunion de la dernière chance
Environ 600 délégués ont participé au Forum National de Bangui (du 4 au 11 mai). Représentants de groupes armés et de partis politiques, acteurs de la société civile et du gouvernement ont débattu pour proposer des solutions et reconstruire le pays. Parmi eux, des responsables chrétiens et musulmans pour qui cette rencontre semblait être la réunion de la dernière chance. Leurs efforts n’ont pas été vains: l’accord conclu contient une série de recommandations basées sur la paix et la sécurité, la justice et la réconciliation.


Commentaire


Retour en haut