Archive

Cameroun: Des militaires à la frontière Est

Le Cameroun redoute des troubles postélectoraux en République centrafricaine

 

Des parachutistes de líarmée camerounaise du bataillon des troupes aéroportées (Btap) de Koutaba sont stationnés à la frontière avec la République centrafricaine (Rca) depuis deux jours. Díaprès une source au ministère de la Défense, leur mission est de sécuriser la frontière camerounaise avec la Rca. Sans préciser les localités où les troupes sont stationnées, notre source ajoute: «Le gouvernement Camerounais redoute une augmentation de líinsécurité en zone camerounaise, au cas où des troubles post-électoraux émergeraient dans le pays à la suite de la proclamation des résultats du double scrutin législatif et présidentiel par la Cour constitutionnelle». De source préfectorale, ces troupes ont été positionnées dans les localités de Garoua-Boulaï dans le Lom et Djerem et de Kenzou dans la Kadey. Mbu Peter, le préfet du Lom et Djerem est díailleurs en tournée dans la partie nord de son département pour síassurer que le dispositif est bien en place. Par ailleurs, díaprès un policier en service à la frontière Cameroun-Rca, les centrafricains sont interdits díentrer au Cameroun depuis deux jours. On annonce aussi une descente sur le terrain des responsables du Hcr.

 


© Le jour
Des troupe de l'armée camerounaise
Les résultats des élections sont attendus par líopposition centrafricaine qui conteste de la victoire de Bozizé. Elle a díores et déjà annoncé quíelle portait plainte contre le président de la Commission électorale indépendante, M. Joseph Binguimalet, pour avoir proclamé les résultats sans prendre en compte les résultats de 1262 bureaux de vote, ce qui représente à peu près 500 000 voix. Déjà en novembre 2010, suite à des problèmes díinscription sur les listes électorales, le Consulat de Rca à Douala avait été saccagé et des affrontements sanglants avaient opposé les ressortissants de ce pays, faisant un mort. Cette fois-ci, Yaoundé ne veut pas voir affluer sur son territoire un nombre important de réfugiés centrafricains en prévision des violences qui pourraient se déclencher dans ce pays, comme ce fut le cas en mars 2010 à la suite díattaques rebelles contre le gouvernement du général Bozizé. En plus, la frontière camerounaise est régulièrement líobjet díattaques et enlèvement de citoyens camerounais par des rebelles centrafricains. En 2008, attaque rebelle avait entrainé la mort de deux Camerounais: Adamou Nana et Aladji Oumarou, âgés respectivement de 70 et 68 ans.

Jusquíici, le Cameroun entretient des rapports «fraternels» avec la Rca. Díailleurs, à líoccasion du cinquantenaire de ce pays, Paul Biya síétait rendu à Bangui en décembre, pour les festivités. Par ailleurs, en mars 2008, 130 soldats du contingent camerounais de la force multinationale de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale a rejoint Bangui pour maintenir la paix, ainsi que pour restructurer l'armée centrafricaine.

 



Commentaire


Retour en haut