Archive

Viols d'enfants centrafricains: La curieuse petite phrase de Jean-Pierre Chevènement

Interviewé dans un média français, l'ancien ministre français de la Défense a estimé que la proximité des soldats avec les enfants "peut favoriser les comportements de ce type"

 

Dimanche 3 mai, Jean-Pierre Chevènement était l'invité de l'émission «Europe 1 Dimanche Soir». Au moment d'évoquer l'enquête sur les soldats français soupçonnés de viols d'enfants en Centrafrique, l'ancien ministre de la Défense a tenu des propos pour le moins étranges. Interrogé sur les conditions de vie des militaires de l'armée française dans le pays depuis le début de l'opération Sangaris en 2013, Jean-Pierre Chevènement a déclaré: «Il est clair que le fait de se trouver au contact des populations malheureuses, abandonnées, peut favoriser les comportements de ce type».

Une petite phrase incompréhensible, et curieusement absente du compte-rendu de l'interview disponible sur son blog, comme le révèle Les Inrocks. La journaliste qui l'interviewait l'a immédiatement coupé: «quelque soit le contexte, pardonnez-moi, aussi sombre soit-il et François Hollande l'a rappelé; il faut être implacable face à ce qu'il s'est passé».

 


© lejdd.fr
Jean-Pierre Chevènement

«Si ces faits étaient avérés, ils doivent être sévèrement sanctionnés, car on ne peut pas laisser porter atteinte à l'honneur du drapeau, l'honneur du soldat, comme l'a dit le ministre de la Défense, Jean-Yves le Drian», reprend Jean-Pierre Chevènement. «Il faut que les faits soit reconnus, avérés», poursuit-il. «On est dans le temps de l'enquête. Essayons de bien voir ce dont il s'agit. Et surtout, laissons l'armée au-dessus de cela. L'armée rend beaucoup de services et s'acquitte avec beaucoup de professionnalisme des tâches qui lui sont confiées. Son intervention au Mali a permis qu'un grand pays, au cúur de l'Afrique de l'ouest, ne bascule pas dans le djihadisme».

Pour rappel, 14 soldats français sont soupçonnés de viol sur des enfants lors de la mission Sangaris en Centrafrique. Les faits se seraient produits au début de l'année 2014.


Commentaire


Retour en haut