Archive

Le Tchad dément líimplication de ses militaires dans des abus sexuels contre des enfants centrafricains

Le commandant des contingents tchadiens en Centrafrique, Djibrine Oumar Dopalto, a rejeté les accusations díabus sexuels reproché à certains de ses militaires contre des enfants centrafricains

 

Le commandant des contingents tchadiens en Centrafrique, Djibrine Oumar Dopalto, a rejeté les accusations díabus sexuels reproché à certains de ses militaires contre des enfants centrafricains.

Un rapport fuité, de l'ONG américaine aids free word reproche à certains militaires évoluant en RCA, essentiellement des français et dans une moindre mesure, des tchadiens et des équato-guinéens, des abus sexuels commis contre des enfants affamés contre des vivres.

«Ce ne sont jusquíà présent que des soupçons, et ce níest pas non plus la première fois que líarmée tchadienne ait été accusée à tort dans ce pays», a déclaré, samedi, à Anadolu le commandant tchadien.

Défendant les siens, il a ajouté: «Jíai la conscience tranquille et suis convaincu que mes éléments níaient commis aucun acte de ce genre.»

 


© Droits réservés
Le contingent tchadien, a ajouté M.Dopalto, nía jamais occupé les zones de líaéroport où auraient été commis ces incidents jusquíà son retrait. Díautant plus que «tout mouvement de mes éléments était sanctionné díavance par une autorisation de líétat-major de la force».

Abondant dans le même sens, il a conclu: «Líon peut accuser líarmée tchadienne de tout, sauf díhomosexualité et díabus sexuel, à moins que líon veuille fabriquer des preuves dans le but díécumer líatmosphère sereine que connaissent les tchadiens actuellement.»

Líaffaire dite «soupçons de viol en Centrafrique par les forces françaises, tchadiennes et équato-guinéennes» contre des enfants centrafricains nécessiteux a éclaté en début de semaine, suscitant de vives réactions dans le milieu politique français et africain ainsi que dans la presse internationale et sur les réseaux sociaux.

Une enquête a, par conséquent, été ouverte en France. La Guinée-équatoriale n'a toujours pas officiellement réagi audit rapport jusqu'à samedi en milieu d'après-midi.


Commentaire


Retour en haut