Archive

Les musulmans réclament une meilleure représentativité au Forum de Bangui

Sur environ 600 participants, 13 places sont accordés à cette communauté. L'organisation des musulmans de Bangui, a remis, mercredi, un memorandum au représentant de la Minusca

 

L'organisation des musulmans de Bangui, a remis, mercredi, un memorandum au représentant de la mission onusienne en Centrafrique, Minusca, pour réclamer "une représentativité plus équitable" au sein du Forum de Bangui, a constaté le correspondant d'Anadolu.

Une marche a été conduite à líinitiative de la Coordination des organisations musulmanes de Centrafrique (COMUC), avec point de chute le siège de la Minusca où un mémorandum a été remis à líattention du Représentant spécial du Secrétaire général de líONU et Chef de la Minusca, Babacar Gaye.

"Sur environ 600 participants, on a donné que 13 places à la communauté musulmane. Ça, nous ne pourrons le tolérer. Nous avons 160 associations musulmanes et il nous faut au moins 100 places" a déclaré à Anadolu, Mahamoud Issene, un manifestant du quartier musulman PK5, du troisième arrondissement.

Le forum de Bangui se tient du 4 au 11 mai, un an et demi après l'embrasement de la situation, dans une guerre civile qui a fait des centaines de milliers de victimes, de réfugiés et de déplacés. Prendront part principalement à ces assises nationales qui scelleront la réconciliation en Centrafrique, líex-Seleka, alliance à majorité musulmane au pouvoir en 2013, les Anti-balaka, groupe d'auto-défense à majorité chrétienne, la société civile et une plateforme religieuse, où le quota de 13 places réservé la communauté musulmane.

 


© Centrafrique-presse

"Nous rejetons en bloc le quota actuel qui lui est attribué et rappelons à qui veut líentendre que le conflit en cours dans notre pays oppose des communautés religieuses du pays, à savoir la "communauté musulmane" et la "communauté chrétienne", et cela ne doit souffrir díaucune ambiguïté. Ce qui devra logiquement impliquer les véritables acteurs" a déclaré à Anadolu, Abdoulaye Ninguia, Chargé díadministration à COMUC.

"Mais si on continue à tergiverser autrement sur la nature de la crise, ce Forum ne va pas traiter les véritables problèmes et níaboutira pas à une résolution définitive de la crise," poursuit-il. Parmi les problématiques surlesquels se penchera le forum de Bangui, la sécurité, la fin de la transition, prévue dans le courant du mois de juin, les élections, le cantonnement et la réinsertion des groupes armés.

Pour l'imam de la mosquée Hatap de PK5, qui a pris part à la marche, la sous-représentativité des musulmans cacherait une intention de marginalisation.

Selon lui, cette situation pourrait être de nature à faire perdurer la crise, au lieu de la solutionner: «Pourquoi, nous exclure dans cet important processus de réconciliation. Cette attitude est de nature à renforcer la division et faire perdurer la crise dans notre pays, et nous, musulmans centrafricains, ne voulons pas rater cette occasion historique. Nous avons marché aujourdíhui pour avoir líaugmentation de notre quota à ce forum, et nous allons continuer ces actions jusquíà avoir gain de cause» a-t-il déclaré.


Commentaire


Retour en haut