Archive

Hervé Ladsous en visite en Centrafrique

Le sous-secrétaire généra des Nations unies chargé des opérations, M. Hervé Ladsus, a entamé lundi une visite de quatre jours en Centrafrique pour évaluer les activités de la Minusca

 

Le sous-secrétaire général des Nations unies chargé des opérations, M. Hervé Ladsous, a entamé lundi une visite de quatre jours en Centrafrique pour évaluer les activités de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA) par rapport au mandat que lui a confié le conseil de sécurité des Nations unies.

M. Ladsous, qui a présidé, mercredi au camp Mpoko, à Bangui, la cérémonie marquant la pleine capacité de la MINUSCA doit rencontrer, au cours de son séjour, les principales autorités de la transition pour discuter avec elles, notamment du forum national de réconciliation qui síouvre la semaine prochaine à Bangui, líorganisation des prochaines élections générales au mois díaoût, le désarmement des groupes armés et le redéploiement de líadministration sur toute líétendue du territoire.

Le sous secrétaire général des Nations unies va aussi se rendre à líintérieur du pays pour visiter des bases des casques bleus et juger de leur efficacité sur le terrain.

 


© unmultimedia.org
Hervé Ladsous, sous-secrétaire général des Nations unies chargé des opérations

La MINUSCA a succédé, au mois de juillet 2014, à la Mission internationale de soutien en Centrafrique (MISCA), commandée par líUnion africaine (UA).

La MINUSCA compte actuellement 12 000 hommes, pour la plupart des policiers, des gendarmes et des agents de la sécurité pénitentiaire.

En dépit des tensions qui traversent de temps à autre ses relations avec les populations, comme la semaine dernière à Kaga Bandoro, localité du centre du pays à 400 km de Bangui, sa présence sur le terrain est appréciée.

Les populations souhaitent que les casques bleus síimpliquent davantage pour arrêter les violences inter-communautaires dans le pays.

Grâce aux casques bleus, les bandits de grand chemin qui terrorisaient les populations ont été mis hors díétat de nuire et líEtat a pu rétablir son autorité dans certaines régions qui étaient encore sous occupation des ex-Sélékas.


Commentaire


Retour en haut