Archive

Les hommes politiques centrafricains ont décidé de ne pas décider

Par Saint Cyr Ngouyombo, Technicien díExploitation en Transport

 

Nous sommes à quelques jours de la tenue du forum de Bangui qui va réunir les Centrafricains et les Centrafricaines après les désastres ,viols, vols, destructions des édifices publics, des bâtiments administratifs, mosquées, églises et autres patrimoines nationaux; que voilà les éternels destructeurs de la RCA (Hommes et Femmes politiques) viennent avec leurs visions et esprits limités síopposer aux efforts consentis par les braves cultivateurs, jeunes et autres citoyens Centrafricains lambda dont les SELEKA ont détruit, violé , tué leurs frères, súurs, maries et épouses. Je parle ici des Vrai ANTI BALAKA; de toutes les manières nous sommes tous des ANTIBALAKA ; on a contribué de près ou de loin à dénoncer des exactions, des morts de civils et autres destructions des archives de líEtat Centrafricain .

Les Vrai ANTIBALAKA sont rentrés chez eux en provinces, díautres ont repris leur activités quotidiennes.

La RCA, est un pays connu et représenté aux Nations Unies, nous devons tenir notre engagement international pour être respectés, la force revient à la loi.

Une fois de plus, les querelles des personnes et les intérêts personnels doivent êtres bannis. Madame la présidente de la République Centrafricaine de transition, votre tâche síannonce très difficile; mais vous devez tenir votre responsabilité afin de rentrer positivement dans líhistoire de la République pour ne pas être oubliée, détestée, voire vomie comme vos prédécesseurs par le peuple Centrafricain; cíest un conseil díAmi.

 


© DR
Étant opératrice économique et cheffe díentreprise, vous connaissez et métrisez la pression, votre feuille de route que vous avez décrite lors de votre entretien à la presse internationale devrait être respecté : la consultation à la base, le forum de Bangui, la reconstitution de líarmée de défense et de sécurité, líorganisation des prochaines élections, remettre la RCA dans la légalité constitutionnelle et institutionnelle(espère des nations) pour son développement et sa reconnaissance démocratique.

Un conseil, Madame la présidente de la République de transition, un proverbe oriental nous dit ceci: «quand ton ami est myope, il faut le regarder de travers».

Je demande aux autorités Centrafricaines et à la Minusca de traquer les bandits, des soit disant ANTIBALAKA et des SELEKA ; la République Centrafricaine est un pays. Quand on a des revendications à faire, on síorganise en associations, en partis politiques, en syndicats et autres organisations ; on ne doit pas prendre le reste des Centrafricains en otage ; personne níest irremplaçable (la politique de la chaise vide); les islamistes qui veulent diviser notre pays sont partis; aidons notre Maman, notre Maire, notre Présidente de la République à réussir la transition.

Avignon le 11 Avril 2015


Commentaire


Retour en haut