Archive

Centrafrique: La polémique enfle autour de la préparation du Forum de réconciliation

n collectif de petits partis politiques a publié vendredi 10 avril une lettre ouverte à la présidente de la transition, appelant à revenir sur certaines nominations au sein du comité technique

 

La préparation du Forum de réconciliation en Centrafrique continue de faire polémique au sein de la classe politique. Un collectif de petits partis politiques a publié vendredi 10 avril une lettre ouverte à la présidente de la transition, Catherine Samba-Panza, appelant à revenir sur certaines nominations au sein du comité technique. De son côté, l'Alliance des forces démocratiques pour la transition (AFDT), qui regroupe deux des principaux partis du pays, a rencontré vendredi également la présidente de transition pour lui faire part de ses préoccupations. Ce week-end, l'AFDT se dit rassurée.

Les premières plaintes contre les conditions d'organisation du Forum sont venues d'un collectif de petits partis politiques. Parmi eux, le Parti de l'unité nationale (PUN) et le Forum démocratique pour la modernité (Fodem). Dans une lettre à la présidente de transition, ils ont exprimé leurs craintes concernant la nomination des membres du comité technique, dont Jean-Michel Demafouth a été désigné chef.

Victorien Yama est le vice-président du PUN. Selon lui, «une grande majorité de la classe politique centrafricaine níest pas díaccord avec le choix de M. Demafouth comme coordinateur général du comité technique díorganisation du Forum. Et nous níavons pas non plus apprécié le choix du gestionnaire qui se retrouve à gérer les fonds destinés à líorganisation de ce Forum. Ces deux personnes posent problème et nous aimerions que leurs choix soient revus.»

 


© Droits réservés

Inquiétudes
De son côté, l'Alliance des forces démocratiques pour la transition (AFDT) a également fait part de ses inquiétudes concernant la sous-représentation des partis politiques et de la société civile dans le comité technique d'organisation du Forum. Cette Alliance regroupe sept partis politiques centrafricains, dont deux des principaux partis du pays, le Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLP) et le Rassemblement démocratique centrafricain (RDC).

Joachim Rainaldy Sioké, président de l'AFDT, explique que quatre membres de l'Alliance ont rencontré la présidente pour trouver un compromis: «En ce qui concerne le comité technique, il níy avait pratiquement pas de membres de partis politiques. Deuxièmement, elle a pris ce décret sans aucune consultation des forces vives de la Nation. Elle nous a indiqué que le processus risquait de prendre trop de retard. Nous avons pris acte des arguments.»

La présidente de transition a donc demandé à l'AFDT de désigner un délégué par plateforme politique. Ces délégués devraient être intégrés aux commissions techniques du comité d'organisation. Le Forum pour la réconciliation doit se tenir à Bangui fin avril, en présence de toutes les parties au conflit qui touche la Centrafrique depuis la chute de l'ancien président, François Bozizé, en mars 2013.


Commentaire


Retour en haut