Archive

FSM: Les altermondialistes sont réunis à Dakar

La 11ème édition du Forum social mondial (FSM), vaste rassemblement d'altermondialistes se tient cette année sur fond de contestations populaires dans le monde arabe

 

Une foule de personnalités du monde entier y débattront durant deux jours des manières de mettre en place des alternatives à un capitalisme "en crise": les présidents bolivien Evo Morales, vénézuélien Hugo Chavez, béninois Boni Yayi, guinéen Alpha Condé, de l'Union africaine (UA) Jean Ping, l'ancien dirigeant du Brésil Luiz Inacio Lula da Silva. Des questions comme "l'opacité financière", "l'accaparement des terres" ou encore "le pillage des minerais" seront évoquées. Cíest par une marche de plusieurs dizaines de milliers de personnes quía débuté la grand-messe altermondialiste. Des organisateurs ont affirmé qu'"au moins 60.000" personnes de tous les continents avaient défilé jusqu'à l'université. Sur une scène installée dos à la mer, la parole a longuement été donnée au président bolivien Evo Morales, qui s'en est pris au "néolibéralisme" et au "néocolonialisme", "ennemis des peuples", en soulignant notamment que "les services de base, téléphone, eau, lumière, ne devaient jamais être privatisés". Il a par ailleurs affirmé que "les peuples des pays arabes" étaient actuellement en train de "se rebeller contre l'impérialisme nord-américain".


 


© AFP
La marche d'ouverture a drainé des milliers de personnes de tous âges
Líactualité sur le continent africain síest bien entendu invitée au programme. Les mouvements démocratiques au Maghreb ont été évoqués par la quasi-totalité des interventions. "La pression de la rue, c'est ça qui donne des résultats!", disait Mohamed Kabbas, syndicaliste marocain de 65 ans, lançant: "Jeunes Maghrébins, allez-y, en avant, pour que la démocratie s'établisse dans le bon sens!"Parmi les marcheurs, la dirigeante du Parti socialiste français, Martine Aubry a également déclaré à des journalistes: "Arrêtons de regarder le Maghreb et l'Afrique avec compassion. Ce qui s'est passé en Tunisie montre que le peuple peut redevenir maître de son destin, quels que soient ses moyens. C'est peut-être ce que l'Europe a oublié". Le FSM, qui se tient chaque année juste après le Forum économique mondial de Davos, se présente comme le contrepoint à cette réunion du gotha politique et économique mondial dans une station de ski huppée des Alpes suisses.

 



Commentaire


Retour en haut