Archive

RCA: Le CNT pour la tenue des élections dans les délais fixés

Alexandre Ferdinand Nguéndé, a appelé, mercredi à Bangui, les responsables de la transition et líAutorité nationale des élections (ANE) à organiser le recensement et les élections dans les délais

 

Le président du Conseil national de transition (CNT) en Centrafrique, Alexandre Ferdinand Nguéndé, a appelé, mercredi à Bangui, les responsables de la transition et líAutorité nationale des élections (ANE) à organiser le recensement général de la population et les élections groupées, dans les délais prévus par la charte constitutionnelle de transition.

A l'occasion de la présentation de l'état d'exécution de la feuille de route du CNT pour la période 2013-2015, M. Nguéndé a averti que si les élections n'étaient pas organisées en juillet prochain, toutes les institutions de la transition perdront leur légitimité au mois d'aoà»t.

Il a rappelé que la transition avait déjà été prorogée une fois par le médiateur de la crise centrafricaine, le président congolais Denis Sassou Nguesso.

La charte constitutionnelle donne cette fois-ci la possibilité aux chefs d'Etat de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) de réfléchir sur une solution alternative, en cas de non-respect des délais fixés par la transition.

 


© Droits réservés
Alexandre Ferdinand Nguéndé, président du Conseil national de la transition en Centrafrique

"Devant ce dilemme, la tenue d'urgence du dialogue national devant permettre à ce que toutes les forces vives de la nation réfléchissent sur cette question afin de trouver une solution nationale, est nécessaire", a expliqué le président du CNT.

Il a affirmé que le CNT était à jour de sa feuille de route et avait réalisé dans les délais impartis les missions qui lui ont été assignées, entre autres, rétablir la sécurité, redéployer l'administration sur toute l'étendue du territoire national, s'occuper des déplacés internes et externes et organiser les élections

Installé comme Parlement de transition au lendemain de la chute de François Bozizé, le CNT est composé majoritairement des partisans de l'ancien président Michel Djotodjia.

De nombreux observateurs déplorent cependant le manque de personnalité du CNT qui n'a pas encore voté certaines lois comme celle instituant une cour pénale spéciale en Centrafrique, une préoccupation pour la communauté internationale.


Commentaire


Retour en haut